août 24, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

ALIMENTATION : Un gaspillage ÉHONTÉ qui coûte des MILLIARDS

ALIMENTATION : Un gaspillage ÉHONTÉ qui coûte des MILLIARDS
thies massage

Alors que 13% de la population mondiale souffre de sous-alimentation, la planète perd des centaines de milliards de dollars dans le gaspillage alimentaire. Une situation insoutenable tant économiquement qu’environnementalement alors que les solutions sont connues et relativement simples à appliquer.

Les chiffres sont ahurissants. Pendant que 900 millions de personnes souffrent de la faim, 1,3 milliard de tonne de nourriture est inutilement perdue chaque année. Si seulement 25% de ces pertes étaient évitées, personne n’aurait le ventre creux sur la planète. Le problème de l’alimentation mondiale n’en est donc pas un de production, mais plutôt de gestion de cette dernière déjà amplement suffisante. Si judicieusement utilisée bien sûr…

Selon un rapport de la Banque mondiale (BM), 30 à 40% de la nourriture mondialement produite est perdues. De cette proportion, 35% dépendent du consommateur, principalement dans les pays développés. Un autre 24% se perd au moment de la production, la même quantité de pertes résultant du stockage et de l’acheminement des denrées.

La BM est pleinement conscience de la menace qui représente ce gaspillage et le dit clairement dans son rapport. «Cette incroyable quantité de nourriture perdue ou gaspillée fait peser une grave menace sur la sécurité alimentaire parce qu’elle réduit la quantité de nourriture disponible pour la consommation humaine», affirme la Banque mondiale dans son rapport.

Si on peut comprendre que la solution dans les pays en développement soit plus complexe à implanter, il n’y a aucune excuse dans les pays riches. Les pertes devraient être l’exception, pas la règle. Dans ces pays favorisés, le gaspillage est essentiellement dû à la distribution. Les entreprises du domaine ne prennent aucune chance et jettent les produits qui ne sont pas « visuellement parfaits », alors que d’importantes quantités de nourriture sont aussi perdues dans le processus de transformation ou dans le transport des denrées. C’est sans parler des cuisines « occidentales » où des centaines de millions de tonnes de nourriture sont gaspillées, l’aberration ultime selon plusieurs.

AMPLEUR ECONOMIQUE DÉMESURÉE

Un pareil gaspillage ne peut forcément qu’avoir un coût économique élevé. Et dans le cas de l’alimentation, il est monumental ! Selon la FAO, organisme entre autres chargé de surveiller l’alimentation mondiale et son coût, la facture annuelle du gaspillage alimentaire frôle les 1000 milliards de dollars américains (750 milliards d’euros).

Au Canada seulement, C’est environs 30 milliards de dollars qui sont sacrifiés au gaspillage chaque année, soit plus de 2% du produit intérieur brut (PIB) du pays à la feuille d’érable. Cela représente une moyenne de 180 kilos (400 livres) de nourriture gaspillée annuellement gaspillés par chaque citoyen. Un bilan qui pousse à la réflexion

Et alors que nous mentionnons tout ça, c’est sans compter le coût environnemental d’un tel gaspillage qui se compte lui aussi en centaine de milliards de dollars ! Dans un autre rapport sur le coût de ce gâchis, la FAO estime l’empreinte carbone du phénomène à 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

« Si le gâchis alimentaire était un pays, ce serait le 2e plus grand pays au monde derrière la Russie en terme de superficie et le 3e émetteur de gaz à effet de serre après la Chine et les États-Unis », a imagé Mathild Iweins, coordonnatrice du rapport citée par le quotidien montréalais Le Devoir. Et tout cela est énoncé sans considérer le coût associé à l’eau nécessaire pour le traitement de l’ensemble de ces déchets totalement non nécessaires. De quoi réfléchir disons…

Il est donc aujourd’hui impossible de nier le problème du gaspillage alimentaire. Ses impacts économiques sont multiples et lourdement sentis. La beauté de la chose est qu’il existe déjà des solutions facilement applicables à très court terme. Mais le monde est-il prêt pour ce genre de « pseudo révolution » ? Le temps nous le dira, même si c’est malheureusement un luxe que nous n’avons pas vu l’urgence du problème…

 

Source : Afrique Expansion

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…