octobre 18, 2017

Arraché à l’affection de ses parents depuis 6 mois : Bébé Mohamed, le garçon de 14 mois volé à Thiaroye Azur, retrouvé à Grand-Yoff

Arraché à l’affection de ses parents depuis 6 mois : Bébé Mohamed, le garçon de 14 mois volé à Thiaroye Azur, retrouvé à Grand-Yoff

L’histoire de son enlèvement avait ému plus d’un. A seulement 14 petits mois, Bébé Mohamed Sène a été volé devant leur domicile à Thiaroye Azur, alors qu’il jouait avec d’autres enfants. Depuis, ses parents, déboussolés, ont fait le tour de la presse et des marabouts pour le retrouver. Sans trop d’espoir. Mais, vendredi dernier, 31 octobre 2014, à la surprise générale, ils ont été appelés pour venir chercher leur fils à Grand-Yoff où il a été retrouvé. Son père a joint hier L’Obs pour lui faire part de la bonne nouvelle. Touchant !

 

On va la raconter comme on l’a vécue. A l’autre bout du fil, une voix minaude. Placide à donner le sommeil, elle chuchote quelques mots empreints de soulagement. «On a retrouvé…», dit-elle. Le reste de la phrase se perd dans les fritures de la ligne. «On n’entend pas. Le réseau n’est pas net», glisse-t-on. Ça grince. Une, deux, trois secondes… Et la communication se rétablit. On lui demande de répéter. Elle balance to de go : «C’est Mohamed, le papa de bébé Mohamed, je vous appelle pour vous dire qu’on l’a retrouvé.» Ah oui ? La surprise est grande et arrache un petit rire du pater jadis très amer. «Oui, Dieu nous a rendu notre fils. Il est de retour à la maison», dit-il, un brin enthousiaste. «Comment l’avez-vous retrouvé ?» Demande-t-on. Toujours avec son éternel calme, papa Mohamed déroule le fameux film du retour du fils prodige. «La personne qui l’avait enlevé l’a abandonné dans un coin du quartier de Grand Yoff (Dakar). Une personne l’a vu et l’a emmené chez le chef de quartier. C’est par la suite qu’on nous a mis au courant. Mais, ce n’est que le vendredi dernier que l’on a pu récupérer notre fils.» Après 6 longs mois de recherches, de pleurs, de doute… Mais, jamais d’abandon.

«Il va bien, mais  il a beaucoup maigri»

Ce fils, Mohamed Sène a toujours cru le retrouver un jour. Il a toujours vécu avec l’espoir de revivre le bonheur de serrer son rejeton dans ses bras. Ce grand espoir qui, parfois, dans des moments de profonde détresse, se veut déserteur, ne l’a jamais définitivement quitté. Il y a trois mois, il disait : «On poursuit les recherches. On ne lâche pas. On fait tout pour retrouver notre fils.» Aujourd’hui, la souffrance est finie. Et les Sène ont retrouvé le sourire. «Il va bien. Mais, il a beaucoup maigri.» Après 6 longs mois de séparation, Bébé Mohamed a-t-il reconnu ses parents ? «Non, répond son papa. Au début, il ne reconnaissait ni sa maman ni moi. Il pleurait et n’acceptait pas d’être pris dans nos bras. Mais maintenant, il commence à m’accepter mais pas sa mère.»

Il est loin ce triste lundi 05 mai 2014 où le papa des Sène est venu, presque en pleurs, au pied de l’immeuble Elimane Ndour, les mains tremblotantes, tenant à peine les deux photos de son bébé. Ce jour-là, c’est avec un regard caché derrière des lunettes de soleil pour cacher les gouttes de larmes qui s’échappent désespérément de ses yeux que Mohamed racontait les circonstances de la disparition de son fils. «Sa maman est abattue et passe tout son temps à pleurer», soufflait-il. Une maman qui s’en voulait énormément d’avoir laissé, sans surveillance, son chérubin jouer avec les autres enfants devant leur maison à Thiaroye Azur, dans la lointaine banlieue dakaroise. Alors que maman était occupée à l’intérieur, un (e) intrus (e) avait volé son trésor. «Depuis 4 jours, on le cherche partout. On a sillonné tous les quartiers et les maisons environnantes de chefs de quartier, en vain. La seule information que j’ai eue vient d’une dame qui dit avoir vu un homme de teint clair porter un enfant. Elle dit l’avoir vu acheter deux sachets de lait caillé pour l’enfant et reprendre son chemin», racontait le père, la voix d’outre-tombe.

Dans son profond désarroi, papa Mohamed avait été consulté des marabouts pour retrouver son bébé de 14 mois.  «On a consulté plusieurs marabouts et tous nous disent la même chose : «Celui qui a pris mon bébé veut le sacrifier», informait-il. Des prédictions qui avaient fini d’installer une panique générale dans la famille. «La nuit, on ne dort pas car on se dit qu’il fait noir et qu’il peut lui faire ce dont il veut. Mon bébé ne peut même pas marcher et c’est la nuit que tout peut arriver.» Au voleur de son fils, papa Mohamed avait proféré des menaces à son endroit. «Les grand parents de mon fils sont de la Casamance, expliquait-il, désespéré. Ils disent qu’ils n’attendent que notre feu vert pour agir. Si celui ou celle qui a mon fils ne le ramène pas, il peut s’attendre au pire. Il peut même perdre la vie. On ne veut pas en arriver là. Tout ce que l’on veut, c’est récupérer notre fils. On lui donne 24 heures pour nous le rendre. Sinon, on sera obligé(s) de les laisser agir.»

Depuis, les jours se sont succédés, sans trop d’espoir, mais avec la conviction ferme de Mohamed Sène de resserrer, un jour, son fils dans ses bras. «On a jamais lâché. On a continué à faire des sacrifices», explique-t-il. Aujourd’hui qu’il a retrouvé son bébé, papa Mohamed ne s’imagine plus le laisser une seconde sans surveillance. Et pour connaître l’identité de la personne qui avait volé leur trésor, dernier acte pour clore cette page triste de leur existence, les parents de bébé Mohamed, qui avaient fait une déclaration à la police, ont, selon le pater, (re)contacté les enquêteurs pour leur dire que leur bébé est de retour. Tout est bien qui finit bien.

 

source l’observateur

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.