octobre 19, 2017

Arrêté au quai de pêche – Un caïd de la drogue tombe à Joal

Arrêté au quai de pêche – Un caïd de la drogue tombe à Joal

[template id= »821″]

Les pandores de Joal, lors d’une opération de sécurisation effectuée au quai de pêche, ont mis fin aux activités délictuelles d’un caïd de la drogue, un récidiviste notoire avec plusieurs cornets de chanvre indien et la somme de 21 000 FCfa, le produit de la vente. Il a été déféré hier au parquet de Thiès pour détention et trafic de chanvre indien.

El  Hadji Matar Sène alias Boukhaba tombe une nouvelle fois dans les nasses des pandores de Joal. Ce cheval de retour, plusieurs fois condamné pour les mêmes faits, quittait chaque jour la capitale de la Petite Côte avec sa moto «Jakarta» pour se rendre à Joal et approvisionner ses clients. Connu sous le sobriquet de Boukhaba, il avait installé ses quartiers au quai de pêche pour mener ses activités de dealer. Il ignorait qu’il était dans le collimateur des hommes du commandant de brigade Sankharé qui le surveillaient comme du lait sur le feu. C’est ainsi que jeudi dernier vers 19H 30, les pandores ont décidé de le coincer après avoir cerné toutes les issues du quai de pêche pour éviter sa fuite car il est réputé être un redoutable sprinter. Déguisés en clients potentiels de chanvre, les gendarmes l’ont surpris en train d’écouler l’herbe qui tue comme de petits pains aux consommateurs. 51 cornets ont été trouvés en sa possession et la somme de 21 000 FCfa qui est le produit de la vente. N’ayant pas les moyens de s’enfuir, il se laisse passer les menottes sans difficulté. Et sans ambages, il  reconnaît les faits. Boukhaba qui est bien connu des fichiers est un récidiviste qui a été appréhendé par les pandores de Joal en 2013 et en 2014, pour les mêmes faits. Marié à deux épouses et père d’une dizaine d’enfants, il a avoué aux enquêteurs se nourrir de ce trafic et a construit une maison grâce au produit de la drogue, une maison où vit sa famille. Au terme de sa garde à vue, il a été déféré au parquet de Thiès pour détention et trafic de chanvre indien.

 

 

source l’obs

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.