ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE 2001 : Riyad m’est CHER, mais la VÉRITÉ m’est encore plus CHÈRE 

ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE 2001 : Riyad m’est CHER, mais la VÉRITÉ m’est encore plus CHÈRE 

Le Congrès américain est saisi d’un projet de loi qui permettrait aux Américains de poursuivre le gouvernement de l’Arabie saoudite, s’il est prouvé que certains de ses responsables sont impliqués dans les attentats du 11 septembre. Auparavant, il s’était avéré que le président américain Barack Obama devait prendre une décision sur la publication de la partie classifiée du rapport sur les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Il s’agit d’un rapport, préparé par la Commission bipartisane et publié en 2003, qui fait plus de 800 pages. La quasi-totalité du document est accessible au public, sauf le dernier chapitre de 28 pages, qui a été immédiatement classifié pour des raisons de sécurité nationale. Les auteurs du projet de loi estiment que cette information fera la lumière sur le rôle de Riyad dans la préparation des attaques contre le World Trade Center à New York.

Ricky DeSantis, survivant des attaques terroristes, croit que tous les Américains et tout le monde ont le droit de savoir comment les choses se sont réellement passées. « J’ai survécu à l’attaque du 11 septembre et j’aidais les services d’urgence. J’étais dans la rue, au sud des tours jumelles (…) J’ai levé les yeux et vu l’avion entrer dans le bâtiment. La terre a tremblé au-dessous de moi, et l’onde de choc m’a fait chuter« , a raconté M.DeSantis.

Selon lui, les gens sautaient des tours, des morceaux de bâtiments tombaient. Ce jour-là, il a perdu beaucoup de proches.  « Chaque pompier, chaque policier, tous les survivants et ceux qui étaient venus en aide, tous les Américains et tout le monde ont le droit de savoir comment les choses se sont réellement passées. Le président actuel avait promis au peuple américain lors de sa campagne électorale que l’information serait publiée et qu’une expertise scientifique et technique indépendante serait réalisée », a affirmé le rescapé.

Le 20 avril, le président américain Barack Obama rencontre le roi saoudien à Riyad. L’Arabie saoudite menace à son tour de vendre ses actifs américains si la Maison Blanche adopte une loi permettant de traduire les autorités saoudiennes en justice pour leur éventuelle implication dans les attaques du 11 septembre 2001. D’ailleurs, le porte-parole du département d’Etat américain John Kirby a déclaré que Washington n’avait pas de preuve sur le fait que de hauts responsables du gouvernement d’Arabie saoudite pourraient être impliqués dans les attaques terroristes.

Auparavant, les proches des victimes des attentats de New York avaient déposé une plainte contre l’Arabie saoudite l’accusant d’appui envers un groupe terroriste. Le 30 septembre 2015, le tribunal de New York a rejeté cette plainte. Le juge George Daniels a déclaré que l’Arabie saoudite, en tant qu’Etat souverain, bénéficiait d’une immunité en vertu des lois américaines.

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…