août 22, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

AVIS D’EXPERT : ACTE III DE LA DECENTRALISATION

« Des incohérences dans sa mise en oeuvre », les explications de Mouhamadou Moustapha Aïdara

AVIS D’EXPERT : ACTE III DE LA DECENTRALISATION


Dans le cadre de notre émission « Avis d’expert » de ce mardi 31 février 2017, réalisée au restaurant « le Point Gourmand » sur la rue sans soleil, nous avons recueilli l’avis de Mouhamadou Moustapha Aïdara, membre du forum civil, expert en décentralisation et conseiller spécial du maire de la Ville de Thiès. Il ne s’est pas fait prier pour aborder le sujet relatif à l’Acte III de la Décentralisation. Dans ce premier numéro ouvert à tous les experts désireux de débattre sur des questions d’intérêt général, il dit constater « des incohérences dans sa mise en oeuvre ».

Sur le sujet, Mouhamadou Moustapha Aïdara dit noter des incohérences de l’acte trois de la décentralisation ». Il souligne que les études qui devaient être menées pour rendre effective ladite réforme ont été faites dans la précipitation. Alors, dans cette rubrique, il soumet à l’épreuve « les hésitations d’un processus de décentralisation dont les conséquences peuvent être dommageables au développement des collectivités locales ». Selon lui, les correctifs qui devaient être apportés pour rendre fiable et pratique l’Acte III de la décentralisation ne l’ont pas été. Ce qui pose lee problème de discrimination au sein des communes rurales ». Il ajoute que, certes neuf domaines leur ont transférés « mais qu’il y a beaucoup de faiblesse dans l’Acte III avec certains services techniques. Sans compter que le processus de passage à l’Acte III de la décentralisation lancé par le président Macky Sall pose bien des questions quant à la pertinence de la démarche mise en œuvre ».
Il estime que les questions relatives à la prise en compte des principes de base de cet Acte visait six objectifs, « à savoir, l’institution du département en collectivité locale, la communalisation intégrale et le maintien des villes de Thiès, Dakar, Pikine, Guédiawaye ». Néanmoins, selon Mouhamadou Moustapha Aïdara, les principes de contractualisation entre l’Etat et les collectivités locales, du renforcement de la fiscalité, des ressources humaines locales et ceux de la cohérence territoriale qui consisterait à un éventuel découpage territorial, vont être intégrés ultérieurement dans les textes réglementaires et législatifs. « Ce qui implique que d’autres réformes vont nécessairement venir compléter l’Acte III. Or j’estime que la réforme de ce système administratif et politique doit être cohérente et globale ».

Un problème d’insécurité né de l’implantation tous azimuts de stations d’essence
Parlant de la situation relative à implantations de certaines entreprises dans l’espace communale, l’expert en décentralisation soutient que « pour l’implantation des stations de service sur la bande des filaos et leur accotement à la route nationale constituent un problème d’insécurité mais aussi que les charges reviennent à l’Etat. Mais nous jugeons inadmissible que certaines sociétés en place ne paient pas de taxes aux communes. Donc, l’Etat doit prendre en charge cette question ». Il se réjoui de constater que les experts travaillent pour solutionner ce problème latent ». Dans le cadre de l’implantation de l’antenne relais de la Sonatel, il avance : « la Sonatel est un établissement classé qui peut obtenir des autorisations et des permis d’occuper dans les services déconcentrés de l’Etat. Dès lors, cette société devait, par courtoisie, en discuter avec le maire de la commune avant d’entamer ses travaux. Cependant, les différents maires ne doivent pas politiser les institutions, étant entendu qu’ils sont aussi des représentants de l’Etat

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…