août 17, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

BARA TALL : «Souleymane Sy représentait aussi bien Bibo Bourgi que Karim Wade dans la société»

BARA TALL : «Souleymane Sy représentait aussi bien Bibo Bourgi que Karim Wade dans la société»

[template id= »821″]

Cité comme témoin, Bara Tall a été entendu hier matin dans le cadre du procès Karim Wade et ses co-accusés. L’entrepreneur a révélé être actionnaire dans la société Dahlia Sa et le président du Conseil d’administration de ladite société. Mais, assure-t-il, le directeur de la société représentait aussi bien Bibo Bourgi que Karim Wade.

Il a livré sa part de vérité hier. Appelé à la barre pour témoigner dans le procès Karim Wade et ses co-accusés, Bara Tall a dit ce qu’il sait de la société Dahlia Sa. Une société dont il dit être actionnaire et président du conseil d’administration. Tout a commencé en 2004. «La société Dahlia Sa, qui a son siège au 4 rue Léo Frobenius, chez moi, a été créée en 2004, avec comme objet l’exploitation d’un terrain de 33 000 m2 sur la corniche-ouest, qui nous appartient à trois : Karim Wade, Ibrahim Abou Khalil et moi-même», explique-t-il. Comment en est-il arrivé à être actionnaire de cette société ? Bara Tall déroule : «Karim Wade est venu avec un dossier constitué par l’Institut des sciences de la terre (Ist) qui disait que la mer avançait et qu’il fallait l’arrêter avec des ouvrages de protection. J’avais déjà été sollicité par Me Wade pour le même cas concernant sa résidence secondaire de Popenguine, où il fallait trouver une solution en y mettant une digue. Karim Wade m’a dit que Me Wade voulait que je fasse la même chose sur la corniche et qu’en contre partie, j’allais récupérer le terrain, le valoriser et en faire ce que je voulais. J’ai validé ce que Karim Wade m’a dit et le Président Wade m’a dit que je serais rémunéré avec le terrain, qui serait ma propriété.» Mais la rémunération de Bara Tall était de 1,5 milliard FCfa et la valeur du terrain était supérieure à cette somme. Une solution est vite trouvée. Ils conviennent de diviser le terrain en quatre parties et d’y construire des villas grand standing à habitation personnelle. Entre temps, Karim Wade avait déjà présenté Bibo Bourgi à Bara Tall.

Puis, toujours selon Bara Tall, l’idée de la création d’une société est née. Il a alors été décidé d’ériger la société sur ce site et l’apport de chacun serait valorisé. «Bibo a payé tous les droits afférents à l’attribution du terrain. Et Chacun a apporté sa part en nature.  Je n’ai qu’une action sur les dix mille.» Ensuite, ils ont convenu de diviser le terrain en trois parties. «La parcelle qui était à l’extrême droite, en face de la mer, m’appartenait. Elle n’a pas été construite car, par la suite, j’ai eu des problèmes avec l’Etat… Je continue d’ailleurs à demander ma part», a réaffirmé M. Tall, qui estime le terrain à 1 milliard et demi de francs Cfa. Les deux autres parties reviennent à Bibo Bourgi et à Karim Wade.

Les explications alambiquées de Bara Tall. Toujours dans ses déclarations, Bara Tall informe que c’est Karim Wade qui lui a remis les quittances, même si ce n’est pas personnellement, il y avait un mot de transmission. «Je n’ai signé que le bulletin de souscription et les autorisations de construire.» Et contrairement au directeur général de Dahlia Sa, qui a déclaré qu’il ne connaissait Karim Wade ni d’Adam ni d’Eve, Bara Tall jure que Souleymane Sy représentait aussi bien Bibo Bourgi que Karim Wade.  «Je ne savais même pas l’existence de Dahlia Sa sur la corniche, la société que je connais a son siège chez moi. C’est à l’occasion d’une réunion présidée par le Premier ministre d’alors, Souleymane Ndéné Ndiaye, que j’ai rencontré Karim Wade. Je lui ai dit que j’ai vu un chantier débuter sur le site. Il m’a dit qu’il n’était pas au courant et qu’il allait se renseigner. Après, j’ai voulu écrire une lettre au Dg de la société, mais comme je ne le connaissais pas, j’ai contacté Bibo Bourgi, qui m’a rassuré, en me disant que notre accord tenait toujours. A la question de savoir s’il connaissait Mamadou Pouye, il répond : «J’ai eu à connaître Mamadou Pouye par l’intermédiaire de Karim Wade, qui me l’a présenté à l’occasion de la constitution de la société Transrail. Il m’a dit qu’il faisait partie de son équipe et qu’il pouvait nous aider à faire le dossier. Pourtant, dans les statuts, la Cour a remarqué que le nom de Bara Tall ne figurait nulle part. Ce dernier dit n’y rien comprendre.

Mais ce que le Parquet spécial ne comprend pas, c’est que «4 ans avant l’acquisition du terrain, un avis favorable était contenu dans le document du Ccod du 02 novembre 2000», fera remarquer Antoine Félix Diome, qui a demandé à Bara Tall de lui donner le contrat de bail. Là encore, Bara Tall n’y comprend rien. «Je ne connais pas la société Dahlia créée en 2000 ni Dahlia corporate. Je ne connais que la société qui avait son siège chez moi.» C’est clair.

 

 

source l’obs

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…