« BEC DE LIEVRE » : La maladie qui RONGE

« BEC DE LIEVRE » : La maladie qui RONGE

[template id= »821″]

 

Ça commence par une lésion bénigne de la bouche, souvent une gingivite, puis le « bec de lièvre »  s’étend. La nécrose gagne les tissus mous et osseux du visage et défigure atrocement ses victimes, pratiquement toutes des enfants en bas âge. Ceux qui n’en meurent pas ne seront plus jamais capables de se nourrir, de parler et de respirer normalement. 500 000 enfants, au moins, seraient victimes de cette maladie défigurante qui sévit principalement en Afrique sub-saharienne. Près de 80% en meurt, faute de soins. Pourtant un simple traitement antibiotique assorti d’un peu de vitamines suffit à stopper la progression de la gangrène, s’il est donné dès l’apparition des premiers symptômes.

Le  « bec de lièvre » est le symbole de la pauvreté extrême. La maladie est favorisée par une conjonction de plusieurs facteurs : le manque d’hygiène, notamment bucco-dentaire, la malnutrition qui induit une baisse des défenses immunitaires, et les suites de maladies infectieuses comme la rougeole, le paludisme ou le Vih/Sida qui affaiblissent l’organisme. Le mécanisme physiopathologique n’est pas complètement décrypté mais la piste infectieuse est probable vu la prolifération microbienne sur les lésions. Malgré ces effets dévastateurs le « bec de lièvre » reste un fléau méconnu. Les enfants qui s’en sortent sont exclus et discriminés, leurs familles qui, faute de comprendre que le « bec de lièvre » peut être guéri, pensent avoir été frappées par une malédiction. Au niveau international, le « bec de lièvre » n’étant pas une maladie contagieuse elle ne menace pas de s’étendre et les initiatives pour la combattre sont plus que discrètes.

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…