CANCER DE LA TYROÏDE : Une vie tout à fait NORMALE est possible

CANCER DE LA TYROÏDE :  Une vie tout à fait NORMALE est possible

Le cancer de la thyroïde correspond à des proliférations anormales de cellules au niveau de la thyroïde, une glande située à la base du cou qui régule, entre autres, la température corporelle et le rythme cardiaque. Il peut, comme la plupart des cancers, s’étendre à d’autres parties du corps lorsque des cellules se détachent de la tumeur originelle (métastases).

Dans les tissus de la thyroïde, des cellules se mettent à proliférer de façon anarchique, formant des cancers pouvant être de trois sortes :

1 –  Folliculaires (85 % des cas) s’ils touchent les cellules de la thyroïde qui sécrètent les hormones thyroïdiennes,

2 –  Médullaires s’ils touchent les cellules qui, dans la thyroïde, sécrètent la calcitonine (hormone qui régule le métabolisme du phosphore et du calcium),

3 –  Anaplasique s’ils touchent indifféremment toutes les cellules.

EN CAS DE CANCER DE LA THYROÏDE, IL PEUT Y AVOIR :

1 – Un gonflement de la région antérieure du cou (goitre),

2 –  Une modification de la voix,

3 –  Plus rarement, des troubles hormonaux.

Le dépistage du cancer de la thyroïde se fait grâce au dosage dans le sang des TSH (Thyroid Stimulating Hormones) qui régulent la production des hormones thyroïdiennes, une échographie du cou (pour déterminer la nature d’une éventuelle « boule »), une cytoponction (prélèvement des cellules du goitre pour les analyser), et une scintigraphie thyroïdienne.

Les rayonnements ionisants (radioactivité, imagerie médicale, radiothérapie) sont un facteur de risque, surtout pour les plus jeunes. Depuis les années 1970, le nombre de cas de cancers de la thyroïde a augmenté. L’augmentation observée serait davantage liée à une modification des techniques médicales qu’à un « effet Tchernobyl « . Mais cela reste discuté.

Le traitement de référence est la thyroïdectomie (ablation de la thyroïde), accompagnée parfois du retrait des ganglions lymphatiques qui drainent la thyroïde. Les médecins peuvent administrer de l’iode 131 (une dose faiblement radioactive) et terminera de détruire les restes du cancer.

Dans le cas de cancers médullaires, d’autres traitements comme la radiothérapie externe sont envisagés. En 2013, l’Institut national du cancer, en partenariat avec la Ligue contre le cancer,  a publié un guide très complet et bien fait sur les traitements des cancers de la thyroïde.

UN CANCER DE LA THYROÏDE PEUT ENTRAÎNER :

1 –  Une cicatrice au niveau du cou en cas de thyroïdectomie,

2 –  Un traitement à vie permettant de pallier l’absence d’hormones thyroïdiennes. Le dosage étant fonction du poids ou de l’âge des patients, des effets secondaires peuvent survenir au début du traitement, le temps de trouver le bon ajustement.

Une hypothyroïdie se traduira par une frilosité, de la fatigue, une prise de poids

ou des ongles et des cheveux cassants.

– Une hyperthyroïdie engendrera des sueurs, de l’irritabilité, des palpitations ou encore une perte de poids.

 Des examens sont à prévoir neuf (9) et douze (12) mois après le traitement pour surveiller les risques de rechute. Parmi eux, le dosage de la thyroglobuline, une hormone exclusivement synthétisée par les cellules thyroïdiennes et qui, si le traitement s’est bien déroulé, ne doit plus être détectée dans le sang. Pour le reste, une vie tout à fait normale est possible, sous réserve de prendre correctement le traitement hormonal de substitution.

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…