BBY THIES

CE « TUEUR SILENCIEUX » – L’HYPERTENSION ARTERIELLE : Une affection à TRAITER

CE « TUEUR SILENCIEUX » – L’HYPERTENSION ARTERIELLE : Une affection à TRAITER

 

Toujours considéré comme un « tueur silencieux », l’hypertension artérielle est une maladie insidieuse très répandue. Mal ou non traitée, elle représente à long terme une menace sérieuse pour la santé. L’hypertendu a toutefois a toutefois de bonne chances de minimiser les risques liés à cette maladie s’il suit consciencieusement le traitement prescrit par son médecin et s’il se soumet à des contrôles réguliers.

 La mesure de la pression artérielle se fait au moyen d’un appareil appelé tensiomètre et s’exprime en millimètres de mercure. On enregistre en fait les deux valeurs, maximale et minimale, de la pression dans les artères qui varie en fonction des battements du cœur.  Quand le cœur se contracte pour propulser le sang dans les artères, la tension s’élève au moment de l’afflux de liquide : c’est la pression systolique (premier chiffre). Les deuxième chiffre indique la pression diastolique, celle qui correspond à l’état de relâchement du muscle cardiaque au moment où il se remplit à nouveau de sang. Pour déterminer avec certitude les valeurs de la pression, il faut procéder à plusieurs mesures qui doivent se faire au repos, en repos assise avec une manchette adaptée au diamètre du bras (ou du poignet, selon l’appareil utilisé). La pression est considérée comme normale jusqu’à 140/90 mn Hg. Au-delà, on parle d’hypertension artérielle.

Pourquoi la pression augmente-t-elle ? On observe une légère augmentation physiologique de la pression liée à l’âge ; elle dépend aussi du stress, de l’activité physique et de l’heure de la journée. Dans la majorité des cas, on ignore les causes de l’hypertension que l’on qualifie alors d’«essentielle ». Dans des cas rares, une maladie sous-jacente est à l’origine de l’augmentation tensionnelle (maladie rénale ou trouble hormonal). Divers facteurs semblent toutefois être responsables d’une élévation pathologique de la pression. Il s’agit de la surcharge pondérale, de la consommation abusive de sel (chlorure de sodium), du tabagisme, d’un manque de mouvement et un excès de stress. On estime en outre qu’une prédisposition héréditaire joue un rôle dans certains des cas d’hypertension.

Une hypertension non traitée est-elle si redoutable ? Les complications à long terme sont multiples : Elles touchent le système cardiovasculaire et différents organes. Le cœur doit par exemple fournir un surcroît de travail non négligeable, ainsi, il grossit et se fatigue, ce qui conduit progressivement à l’insuffisance cardiaque. Fortement mises à contribution, les artères ont, quant à elles, tendance à se rétrécir et à perdre de leur élasticité. Artériosclérose, angine de poitrine, infarctus du myocarde, attaque cérébrale ou insuffisance rénale…La liste des séquelles de l’hypertension est malheureusement longue.

 L’IMPORTANCE DU TRAITEMENT

 Pour réduire le risque de complications, il est essentiel de bien soigner l’hypertension. Les multiples avantages découlant d’un traitement anti-hypertenseur ont d’ailleurs été prouvés à plusieurs reprises à travers des études scientifiques. Au stade débutant, il est parfois possible de faire baisser la pression en appliquant certaines règles hygiéno-diététiques. Au-delà, le recours aux médicaments est inévitable. Il existe diverses classes de médicaments traitant choisit selon des critères individuels. Les substances les plus utilisées sont les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, les antagonistes de l’angiotensine II, les diurétiques, les bêtabloquants et les antagonistes du calcium. Déjà citées ci-dessus, certaines règles d’hygiène alimentaire et de vie sont hautement recommandables, que l’on soit hypertendu ou non.  Elles permettront éventuellement de faire baisser la pression au stade débutant : Plus tard, elles soutiennent l’action des médicaments et sont susceptibles de prévenir pour ne pas dire empêcher des aggravations.

Si vous êtes hypertendu (e), il est possible que vous souhaitiez contrôler régulièrement chez vous, votre pression ou que votre médecin vous le conseille. C’est le meilleur moyen de suivre de près l’efficacité des mesures que vous avez prises pour améliorer la santé, ainsi que l’action du traitement médicamenteux. Si vous le désirez, vous pourrez inscrire les valeurs mesurées et des remarques particulières par exemple effets indésirables, efforts particuliers, oubli d’un comprimé dans un carnet réservé à cet effet. Conçu par des spécialistes, un tel carnet peut être obtenu auprès de votre médecin traitant. Ce, sans grandes difficultés. Les tensiomètres vendus en pharmacie sont de bonne qualité, fiables et d’un usage simple. La pression sanguine réagissant très rapidement aux circonstances les plus diverses, il faut tenir compte de certaines indications permettant d’obtenir des valeurs fiables :

1 –   Procéder à la mesure toujours au même bras, à peu près à la même heure, ne pas fumer, ne pas consommer d’alcool ou de café avant la mesure.

2 – Avant celle-ci, rester tranquillement assis pendant cinq (5) minutes.

3 – Fixer l’appareil correctement (mode d’emploi).

4 – Pendant la mesure, rester tranquille et ne pas parler.

5 – Lors de mesure au poignet, tenir celui-ci à la hauteur du cœur.

Ce dernier point est très important, car la mesure au poignet, beaucoup plus pratique à réaliser chez soi que celle au bras, ne donne de résultats fiables que si le poignet se trouve à la hauteur du cœur. Il existe d’ailleurs un tensiomètre de poignet muni d’un système de positionnement actif qui contrôle automatiquement la bonne position du poignet par rapport au cœur.

Thiesinfo.com Santé

 

1 Comment

  1. sweetlilou

    La prise de tension chez le médecin n’est pas toujours suffisante pour diagnostiquer de façon précise une hypertension artérielle. De plus, lorsque l’on est sujet à l’effet « blouse blanche » (peur des médecins et des hôpitaux), les résultats obtenus en cabinet peuvent être faussés. En effet, la pression artérielle varie beaucoup au cours d’une journée. Mesurer soi-même sa tension permet donc de valider ou non le diagnostic du médecin, ou bien, de vérifier l’efficacité d’un traitement anti-hypertenseur. Enfin, en cas de mesures anormales, cela permet d’alerter rapidement le médecin. En savoir plus sur:http://tensiometre.confort-domicile.com/

    Reply

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage