août 19, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

CELLULES SOUCHES : Premier essai pour TRAITER l’insuffisance CARDIAQUE

CELLULES SOUCHES  : Premier essai pour TRAITER l’insuffisance CARDIAQUE

[template id= »821″]

 

Des cellules souches cardiaques embryonnaires ont été utilisées pour réparer les régions lésées du cœur. Une première mondiale. C’est la première fois qu’on lance un essai clinique avec des cellules souches embryonnaires, orientées in vitro en cellules précurseurs du cœur puis implantées à l’aide d’un patch à la surface du tissu cardiaque abîmé.

 

CARDIOLOGIE. L’opération s’est déroulée en octobre 2014 mais les premiers résultats n’ont été publiés qu’en janvier : le Pr Philippe Ménasché, de l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, a essayé pour la première fois au monde des cellules souches cardiaques pour réparer les régions lésées du cœur. Une opération qui fait rêver les cardiologues depuis qu’elle a été réalisée en 2001 chez la souris.

Des essais thérapeutiques avec cellules souches ont débuté chez l’homme dès 2004 et une vingtaine sont actuellement en cours dans le monde. Mais c’est la première fois qu’on lance un essai clinique avec des cellules souches embryonnaires, orientées in vitro en cellules précurseurs du cœur puis implantées à l’aide d’un patch à la surface du tissu cardiaque abîmé. Il est hélas trop tôt pour dire si la fonction cardiaque s’est améliorée avec cette opération. D’autant que celle-ci s’est accompagnée d’un pontage coronaire à l’efficacité éprouvée.

D’autres approches tout aussi prometteuses

À l’avenir, les autres approches, avec cellules souches mésenchymateuses du même type que celles utilisées en 2001 chez la souris, pourraient se révéler tout aussi prometteuses. Prélevées dans la moelle osseuse du patient, amplifiées ex vivo, puis appliquées par cathéter directement sur le tissu cardiaque nécrosé, elles ont déjà permis d’observer une amélioration du fonctionnement cardiaque et de l’endurance de patients après plusieurs mois. Dès 2009, le Pr Philippe Hénon, fondateur et directeur de l’Institut de recherche en hématologie et en transplantation de Mulhouse (IRHT), avait réalisé avec son équipe une régénération du cœur à partir de cellules souches adultes isolées du sang des patients. Celles-ci, amplifiées puis spécialisées ex vivo, sont ensuite réinjectées sur les endroits nécrosés du cœur.

La start-up CellProthera a alors été créée pour exploiter cette découverte, la première à avoir obtenu l’agrément de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour ce type de thérapie cardiaque. En 2015, un nouvel essai clinique va porter sur 44 patients et la société prévoit de commercialiser le traitement en 2017. L’enjeu est de taille, puisqu’il pourrait éviter le recours à des transplantations cardiaques, dont la demande s’accroît avec le vieillissement de la population mondiale.

 

Source : Sciences et Avenir

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…