août 22, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

CHAMBRE CRIMINELLE DE THIES : MEURTRE A MBOUR: Le jeune Pape Modou Faye écope de cinq ans de prison ferme

CHAMBRE CRIMINELLE DE THIES : MEURTRE A MBOUR: Le jeune Pape Modou Faye écope de cinq ans de prison ferme
La Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Thiès a condamné à cinq ans de prison ferme le jeune Pape Modou Faye pour meurtre. Le fils de Babacar et d’Adama Thiam, né en 1988 à Mbour, élève demeurant au quartier Darou Salam de Mbour est accusé d’avoir dans la soirée du 09 au 10 janvier 2010, au cours d’un gala de lutte sur la Petite Cote, volontairement commis un homicide sur la personne de Cheikh Diouf dit Pape.
L’accusé, l’un des organisateurs dudit gala de lutte, s’était battu ce soir-là avec le défunt dont le cadavre a, plus tard, été découvert porteur d’une sérieuse blessure au cou. Dans sa version des faits, Pape Modou Faye, explique que leur altercation serait consécutive au refus de la victime de se soumettre à son invitation à ne point épier les séances de lutte à travers les trous du cirque de l’arène. Une vive altercation s’en est aussitôt suivie. A l’en croire, Cheikh Diouf dit Pape, le défunt, lui aura asséné un coup de poing au visage. Et étreint par son adversaire, il usera d’un tournevis qu’il détenait par devers lui pour le poignarder deux fois au cou. Le mis en cause estime n’être informé de la gravité des blessures des suites desquelles succombera son antagoniste que le lendemain après son arrestation.
Un témoin, Moussa Ndiaye, affirmera avoir aperçu Cheikh Diouf courir à vive allure avant de s’écrouler subitement. Gaston Diompy, coorganisateur dudit gala, explique que dans cette soirée, Pape Modou Diouf, un instant, l’avait rejoint, le corps tremblant, la voix cassée, s’exprimant difficilement, pour lui confier « avoir blessé son adversaire avec un tournevis ». Le frère du mis en cause, Malick Faye, lui de soutenir que Pape Faye lui avait révélé avoir « piqué la victime avec un tournevis au cours d’une altercation ». L’accusé n’a reconnu avoir donné qu’un seul coup avec le tournevis qu’il avait trouvé sur la table d’un électricien et perdu après la bagarre. Pour se justifier, il a soutenu n’avoir point visé précisément le cou de Cheikh Diouf, mais cherchait simplement à lui faire lâcher sa prise asphyxiant. Est-ce une façon de se disculper que d’invoquer la légitime défense, soutenant que son protagoniste était en train de l’asphyxier, l‘obligeant alors à se servir du tournevis qu’il avait gardé dans sa poche ? Aussi, a-t-il soutenu n’avoir pas eu l’intention de frapper la victime systématiquement au niveau du cou et ne lui avoir donné qu’un seul coup contrairement à ses déclarations à l’enquête préliminaire.
En tout état de cause, les révélations du certificat de genre de mort en date du 10 janvier 2010, faisant état d’« une plaie pénétrante latéro-cervicale gauche expliquant la mort par hémorragie de la victime », dénotent  de l’intensité de la force avec laquelle Pape Modou Faye a utilisé le tournevis même s’il estime n’avoir donné qu’un seul coup à Cheikh Diouf. N’aurait-il pas pu viser d’autres parties du corps de son antagoniste sans remonter jusqu’à un endroit aussi vulnérable que le cou si, seulement, il ne cherchait qu’à se libérer de l’étreinte de ce dernier ? La violente réaction du mis en cause, consistant à extirper l’arme de sa propre poche, exclut-elle pas amplement l’hypothèse de sa position de faiblesse ? Ce comportement, eu égard à l’arme utilisée et la partie visée et atteinte du corps, suffit-il pour se convaincre de son intention de donner volontairement la mort ?
Apres le réquisitoire de l’avocat général, Cheikh Ndiaye Seck, le président de la Chambre, Mamadou Diouf, a prononcé la peine de cinq ans contre le meurtrier.
source: thieskay.com

Par Cheikh CAMARA

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…