CHAMBRE CRIMINELLE DE THIES : SIDY BA CONDAMNE A LA PERPETUITE POUR ASSASSINAT

CHAMBRE CRIMINELLE DE THIES : SIDY BA CONDAMNE A LA PERPETUITE POUR ASSASSINAT

La chambre criminelle de Thiès a vidé, ce jeudi 1er Décembre, son 8ème affaire inscrite au rôle, par la condamnation à la perpétuité de Sidy Ba, âgée de 23 ans, demeurant au village de Soussoume, dans le département de Mbour, attrait à la barre de la chambre pour avoir, le 06 septembre 2013, assassiné son frère consanguin Mbaye BA.

Les faits remontent le 06 septembre 2013, jour où Mbaye Ba a été tué par son frère consanguin, Sidy Ba, qui s’était procuré un coupe-coupe auprès d’un enfant de neuf ans, un mineur du nom d’Ousmane Ka au village Soussoume. Malgré le ratissage entrepris dans le secteur, les limiers n’ont pas pu mettre la main sur le mis en cause qui avait disparu dans la nature, ni sur l’arme du crime. Six jours après, le 12 septembre, le présumé meurtrier s’est rendu à la gendarmerie. Permettant ainsi aux limiers de retourner sur les lieux du drame dans l’espoir de retrouver l’arme du crime, mais en vain.
Omar Ba, le père des deux garçons (Mbaye et Sidy Ba) qui s’étaient battus, alors qu’ils étaient aux champs, a soutenu que c’est son frère, Abdou Ba, qui l’a informé de la mort de l’un de ses fils, Mbaye Ba, tué par son frère, Sidy Ba, qui aurait pris la fuite. L’accusé a affirmé s’être effectivement battu avec son demi-frère qui avait succombé à ses blessures. Selon ses déclarations, son frère était un maniaque sexuel et qu’il l’aurait surpris dans la nuit du 05 au 06 septembre 2013 dans la chambre de son épouse. Toujours dans ses allégations, le prévenu de préciser que, Mbaye Ba, conscient de son acte, n’avait pas passé la nuit à la maison. Il n’est revenu qu’au lendemain. Celui-ci l’avait provoqué en voulant le frapper et pour se défendre, il l’a administré un coup de coupe-coupe, a-t-il soutenu. Avant de prendre la fuite en direction de la brousse tout en sachant qu’il avait commis une grosse erreur. II a estmé avoir rendu le coupe-coupe au propriétaire, l’enfant Ousmane Ka.
A l’instruction, l’inculpé aura beaucoup varié dans ses déclarations faites à l’enquête. Indiquant que son frère qui détenait aussi un coupe-coupe s’est attaqué à lui en l’administrant un coup sur la cuisse. Egalement, a-t-il nié avoir emprunté un coupe-coupe au petit Ousmane Ka. Il a tout de même contesté avoir administré des coups de coupe-coupe à son demi-frère malgré qu’il lui a été montré la planche photographique.
D’après l’avocat général qui a requis la perpétuité, l’inculpé a fait des aveux circonstanciés à l’enquête préliminaire en reconnaissant avoir mortellement blessé son frère avec le coupe-coupe emprunté auprès d’Ousmane Ka. Il fait remarquer que la thèse de meurtre est également justifiée par le nombre de coups administrés à la victime révélant le nombre de plaies (trois). En outre, reste-t-il convaincu que les déclarations de Sidy Ba selon lesquelles il n’avait pas l’intention de donner la mort à son frère sont erronées et injustifiées eu égard au nombre de coups portés et à la nature des plaies constatés sur le crâne et le corps du cujus. La défense, elle, a demandé la disqualification des faits de meurtre et d’assassinat et par conséquent, elle demandera à la chambre d’appliquer à son client des circonstances atténuantes mais, aussi de requalifier les faits en coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner.

La cour après délibération reconnaîtra Sidy Ba coupable des faits pour lesquels il répondait devant la barre de la chambre criminelle avant de le condamner à la perpétuité.

thieskay

Par Cheikh CAMARA

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…