BBY THIES

Cheikh Kanté ravit la vedette aux responsables de l’Apr de Thiès

Cheikh Kanté ravit la vedette aux responsables de l’Apr de Thiès

La mouvance présidentielle (Apr), est-elle entrain de nager des eaux troubles dans la cité du rail, Thiès, localité de toutes les convoitises politiques ? Certains observateurs le croiraient aisément au regard de ce qui s’est passé samedi, à l’occasion de la kermesse diocésaine de l’église de Thiès dont le parrain était le docteur Cheikh Kanté, directeur du port autonome de Dakar et responsable « Itinérant » de l’Apr.
En effet, samedi 4 février 2017, constant l’impressionnant cortège qui l’a accompagné jusqu’à l’église, certains ont pensé que c’était le chef de l’Etat lui-même qui était l’hôte de Thiès. Pour la simple raison que rien ne manquait à cet accueil. Une haie d’honneur jalonnée par des filles et garçons portants tee-shirts à l’effigie de Cheikh Kanté, des chevaux en parade, la bonne sono qui distillait une musique berçante et parfois endiablée, on finit de faire de Cheikh Kanté « l’Homme qu’il fallait à Thiès ». Mais à la kermesse, aucun responsable digne de nom ou bien implanté par Macky Sall, ne s’y est fait remarquer.
Ce qui veut dire que de nos jours, Thiès semble devenir orpheline de responsables du Parti au pouvoir, parce qu’inexistants partout et dans tout ce qui se passe ici, en brillant notoirement par leur absence ; comme ils l’ont du reste fait lors d’un séjour de trois jours de leur mentor à Thiès. Un séjour qui n’a été agrémenté que par les bons soins du Docteur Ndiaye. A ce jour donc, aucun responsable « reconnu » de l’Apr surtout ceux qui sont haut perchés à Dakar, n’est visible dans cette ville qui pourtant, a besoin d’eux. « Astakhfiroulah », on en voit certain dé, mais à peine car, tel un dindon, ils s’emmitouflent dans des grands boubous bien amidonnés, passent devant les populations, ne daignant même pas abaisser les vitres tintées de leur véhicule.
Et dire que les militants ont une envie folle de les voir, discuter avec eux sur comment faire pour donner une majorité confortable à leur Parti aux législatives de 2017 et réélire Macky Sall en 2019. Dommage pour certains d’entre eux. Heureusement que samedi, la ville a vécu de grands moments politiques qui lui ont rappelé les magistères de Senghor, Diouf et Me Wade, des présidents qui disposaient de bons répondants à la base ! Alors, moi je dis : « Si tu ne veux pas de tes camarades, Cheikh Kanté vient brouter dans ta prairie. Mou dièkh tak ! » .

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage