août 24, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

CONTREFACON ET PIRATAGE : Un énorme PROBLEME en Afrique

CONTREFACON ET PIRATAGE : Un énorme PROBLEME en Afrique
thies massage

[template id= »821″]

 

La contrefaçon, phénomène mondial qui n’épargne aucun pays ni pratiquement aucune gamme de produits, est particulièrement très répandue en Afrique. C’est ce qui ressort d’une étude, la première du genre, réalisée récemment par l’Organisation de la presse africaine (APO) et commandée par Schneider Electric, géant français du matériel électrique et spécialiste mondial de la gestion de l’énergie. Sur le continent africain, elle concerne essentiellement les produits électriques courants. Ainsi, les produits contrefaits représenteraient en fonction des pays, entre 40% et 80% des volumes de matériels électriques vendus, notamment les câbles, les disjoncteurs, les prises, les interrupteurs et les rallonges qui constituent les cinq produits les plus contrefaits. Des produits de la marque Legrand, Hager, General Electric, Schneider Electric et ABB.

Alors que « la plupart des pays africains n’ont pas une industrie suffisante pour fabriquer des biens électriques », ces produits viendraient principalement de Chine (34%), du reste de l’Asie (31%), d’Afrique (18%) et du Moyen-Orient (18%). De plus en plus de pays africains fabriquent eux-mêmes ces produits de contrefaçon électriques ou font du réassemblage de pièces de rechange sur place. Ainsi, les contrefaçons fabriquées localement sont majoritairement issues de la Tanzanie, du Nigéria et de la Côte d’Ivoire, et vendus dans l’ensemble sur les marchés locaux ou dans certains magasins. Par ailleurs, il semblerait que les pays francophones soient ceux qui souffrent le plus de la portée de la contrefaçon dans leurs économies, en comparaison de leurs homologues anglophones, à l’exception peut-être du Ghana.

En effet, il ne faut pas oublier que ce type de produits contrefaits cause un véritable préjudice aux industriels, d’autant plus qu’ils sont souvent vendus à moins de la moitié du prix de l’original. Pour les entreprises, ce phénomène entraine parfois une perte de chiffre d’affaires, de parts de marché ainsi qu’une diminution des bénéfices non négligeable, en plus des répercussions que cela peut avoir sur la conjoncture économique. Des répercussions qui peuvent se traduire par la baisse du volume d’emplois proposés par ces entreprises par exemple. Certains comme l’OCDE se sont même aventurés à estimer le nombre d’emplois perdus par certaines entreprises. Une opération très délicate dont les résultats doivent cependant être pris avec beaucoup de circonspection.

Face à cette menace de plus en plus préoccupante, les entreprises concernées à l’image de Schneider Electric, ont décidé d’agir urgemment. « Pour la première fois, toutes les parties prenantes du secteur de l’électricité pourront bénéficier d’une solide photographie de la réalité pour avancer. Après avoir mesuré l’impact de la contrefaçon sur les économies d’Afrique et la sécurité des utilisateurs, l’urgence d’agir, dès à présent, est réelle. Schneider Electric s’engage à répondre au maximum aux exigences et attentes exprimées par les professionnels dans l’enquête », a ainsi expliqué à la presse, Tracy Garner, Responsable Anti-Contrefaçon Globale de Schneider Electric.

Source : Afrique Expansion

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…