septembre 20, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

CONTRIBUTION : Et si Karim méritait plus que cela ?

CONTRIBUTION : Et si Karim méritait plus que cela ?

[template id= »821″]

 

Après quelques mois de procès, l’accusé a été reconnu coupable par la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Le verdict vient de tomber ce lundi 23 mars 2015.

L’ancien ministre d’État, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures sous le règne de son père, a été condamné à 6 ans de prison ferme en plus d’une amende de 138 milliards (210 millions d’Euros) à payer à l’Etat du Sénégal. La décision a été lue par le président de la CREI, une juridiction spéciale mise en place dans notre pays depuis 1981. Monsieur Karim Wade a été reconnu coupable du délit d’enrichissement illicite.

L’annonce du verdict par le président, Henri Grégoire Diop a créé une immense déception, doublement ressentie. Pour les partisans de l’accusé venus nombreux animer le Palais de justice, le non-lieu serait le seul verdict possible. Pour d’autres, l’attente d’un verdict sévère, à la hauteur de l’immensité du crime économique commis par le fils de l’ancien Président, n’a pas été satisfaite. En tous les cas et cela reste constant, même l’observateur le moins averti savait que le fils de Wade ne perdait rien pour attendre, et que son ombre continuerait à peupler les coins de la Chambre 13, même après le verdict. Près de 8 mois de procès (ouvert le 31 juillet) ont permis d’apporter une explication sur l’origine d’un bout du patrimoine massif de l’ancien « ministre du ciel et de la terre ». Finalement accusé d’avoir acquis illégalement plus 117 milliards de CFA par le biais d’un montage financier dont lui seul avait le secret au moment de sa gestion, le VIP de Reubeuss devait se résoudre à reprendre ses quartiers en milieu carcéral, ce lundi matin. Le jugement rendu par la CREI est aussi susceptible de recours devant le Cours suprême. Cependant, toutes les gesticulations des avocats de la défense n’ont pas permis sur le coup de savoir si le célèbre prisonnier la saisira.

Malgré la volonté affichée de Wade père de politiser le procès, l’Etat du Sénégal a su garder tout son sang-froid et la justice toute son indépendance. Dès lors, la seule question qui mérite d’être posée au peuple sénégalais est, comment un ministre peut-il amasser plus d’une centaine de milliards, même de façon licite, entre mars 2000 (où il était Conseiller du PR) et mars 2012 (année de la chute du régime de Wade)? Au total, seules 12 années au service de son père ont suffit à l’ancien arrangeur financier londonien pour amasser autant de milliards. C’est vrai qu’il a « bien travaillé » ! Karim Wade dépasse ainsi de loin l’ancien Premier ministre Idrissa Seck. Ce dernier, dans l’exercice de ses fonctions aura d’ailleurs fait de la prison pour « une affaire de Grands Bandits » portant sur un montant de 40 milliards FCFA (61 millions d’euros), en 2004.

En tous les cas, nombreux étaient les Sénégalais qui voyaient Karim Wade en prison au lendemain de la chute de son père. Du coup, pour nombre d’entre eux, la question était ailleurs, c’est-à-dire sur les membres du gouvernement Wade qui devaient l’y suivre. Un éminent membre du PDS ne l’avait-il pas prédit ? Les avocats du fils de Wade se sont bien débattus sans pour autant obtenir la libération immédiate de leur client. Le cas Idrissa Seck a dû faire jurisprudence. Ce n’est pas parce que la justice ne peut pas apporter toutes les preuves de la culpabilité du mis en cause (et ce, « jusqu’à l’’extinction du soleil ») que l’innocence de ce dernier est établie. L’absence de preuve ne sera plus jamais synonyme mise en liberté. L’expérience et l’expertise de certains compatriotes en matière de manipulation de ressources financières sont d’autant plus pointues qu’ils sont capables de disséminer plusieurs centaines de milliards du pauvre contribuable sénégalais, en quelques clics à travers des banques et autres paradis fiscaux, sans aucune trace apparente. Entre les prête-noms et les sociétés-écrans, tout peut y passer.

L’acte de se servir des deniers publics nationaux semble tellement facile que la sentence pour le sanctionner doit revêtir un caractère coercitif. Or, le verdict annoncé par le président de la CREI Henry Grégoire Diop ne semble être ni à la mesure du dommage causé au peuple sénégalais, ni à la hauteur des crimes économiques commis. Et si les avoirs financiers de Karim Wade égalaient réellement 694 milliards, comme estimés préalablement par la cour spéciale ? Ou bien même la moitié de cette somme? Il serait simplement un homme heureux avec ce verdict. Il pourrait, par le biais de ses « amis », faire payer cette amende de 138 milliards de francs CFA, purger les 4 années qui lui reste et ressortir de prison avec quelques centaines de milliards de francs pour aller à l’assaut du pouvoir en 2022. Sous ce rapport, nous estimons que la CREI a été clémente vis-à-vis de celui dont la richesse était estimée à près d’un milliard d’Euros. Il y a des crimes qui méritent la peine capitale, seule capable de briser la chaîne de jouissance illégale et illégitime des biens acquis illicitement. Certains crimes économiques en font partie.

L’enseignement que nous tirons de l’aventure de Karim est tout simple. Le Sénégal sortirait défait de ce jugement si d’une part, la justice ne parvenait pas à extirper des coffres-forts des Wade tout ce qui appartiendrait au peuple, et d’autre part si des poursuites judiciaires, à l’effet de recouvrer la totalité des biens acquis illicitement et détenus par les acteurs du système wadien, n’étaient pas lancées en direction de ces derniers.

Pour l’heure, nous gardons intacte la confiance en notre justice, et sommes persuadés que le glas sonnera pour d’autres encore. Et en attendant, Karim et ses conseils retournent à Reubeuss, satisfait de ce verdict assez soft, avec la conviction d’avoir réussi leur coup.

 

Lamine Aysa Fall Ndiaye

Coordonnateur Bennoo Bokk Yaakaar/ Thiès-nord

Militant de l’APR

appli

2 Comments

  1. gosecka3@yahoo.fr

    Quelle pertinence d’analyse. Les wades ont mis les entreprises et l’économie du pays à genou

    Reply

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage