Contribution: La dégradation des mœurs au Sénégal

N’avez-vous jamais été confronté au choix d’un mot plutôt qu’un autre, surtout lorsqu’il est question d’être vraiment pris au sérieux? On est assailli par une foule d’expressions prêtes à nous prendre par la gorge sans qu’on sache laquelle se fier. Pas parce que nous ne maîtrisons pas notre discours, mais dans la viduité lexicale actuelle du ouolof, on s’y perd comme dans un labyrinthe. D’une oreille à l’autre un mot cesse de dire la même chose. Le signifié cesse de renvoyer au signifiant. Pris au piège du mensonge, de la calomnie et de la médisance, le sénégalais dénature la syntaxe et érige un système de mots insensés, incapables de cerner le vide social qui nous englouti comme du sable mouvant. Dans cette polyphonie syntaxique, mot, expression ou locution désigne plusieurs choses, sans signifier grand-chose. Sama Yeuf, Jongama, Namouma Dara, Yaye Bagne, Yamay Danel et Dializ ma…La dérision du discours, la viduité des mots annihilent la fonction thérapeutique du langage. On s’égosille sans résultats. Les maux sont cernés, mais le “Ndeup” national tant annoncé tarde à prendre forme. Sa quintessence étant confisquée, torpillée, dévoyée, dénaturée, galvaudée, le verbe désormais échoue à cerner le mal. On s’enlise par les mots dans un voyeurisme impudique. L’érotisme résonne aux oreilles, triomphant presque de tout. On finit par le sentir, le vivre, vivre avec. Un simple mot est évocateur d’une sexualité ou d’une sensualité débridée. Il faut une posture de l’orateur ou un rappel de l’auditoire pour ne pas tomber dans le vulgaire, le comique.

Dans cette cacophonie mots, maux et images obscènes pour la plupart sont indissociables. Un délire verbal mine les rapports à autrui. L’échange qui se veut productive laisse place à l’insulte. Ainsi traqués et trafiqués, les mots passent au scalpel la psyché du sénégalais. Le jeu de massacre du langage accouche d’un langage codé. Les mots pervertis sont détournés de leur sens premier. On use d’un vocabulaire anodin, estampillé moderne, installant la haine dans le carcan ordinaire. On ne condamne les dérives que le temps d’une rose pour faire bonne figure. On ne s’autocensure plus. Les parents ne réprimandent plus. Les familles ne désavouent plus les leurs. On trahi, on dénonce, on espionne, on enregistre en secret et étale en public les confidences faites dans l’intimité, pour exister. La vie devient un vaste théâtre. La parole est confisquée par une “élite” végétative qui érige les contre valeurs en mode de vie. Des individus sortis des cuisses de la confusion, s’en nourrissent et entretiennent l’amalgame pour survivre. Un peuple de chanteurs, de danseurs et pas des meilleurs, de laudateurs, d’encenseurs sans once de vergogne qui ne jurent que par le piston et la grande gueule pour s’assurer leur pain du jour. Raspoutine (s) des temps modernes qui par la ruse et le mensonge s’arrogent le grade de “conseillers” d’un “Tsar” en perte de vitesse. La paralysie de la pensée accouche d’une pyromanie linguistique. Les mots étouffent. La rumeur s’enflamme. On accuse sans preuve, vilipende, triche sans en donner l’air. On est collabo mais on ne s’en cache plus. Bon sang! Même Pétain en rougirai! Ici, on n’en est plutôt fier. Une psyché entortillée sous les jupons nauséabonds de la bassesse. On ne communique plus. On cherche à faire le BUZZ. On insulte à faire pâlir Bacchus. On ment les yeux ouvert.

S’il en a un qui n’ait pas sorti indemne de la déchéance de la société sénégalaise, c’est bien la langue, le mot, le langage, le verbe. Appelons-le comme on veut! Dans ce déclin qui s’enclenche, chacun, dans son acception linguistique, joue sa sombre partition.

Vous, moi, eux, nous tous sommes menacés dans notre liberté, notre devenir et ceux de nos enfants. Alors ayons toujours en tête que lorsque les vainqueurs triomphent, il ne reste plus que les larmes aux vaincus. A bon entendeur….
Daouda Gaye
Conseiller Juridique AB PARTNERS SAS
Ex Conseiller Municipal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.