septembre 20, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

CONTRIBUTION – PATRIOTES DEBOUTS ! – NOTRE PEUPLE EST VICTIME DE SON CHOIX POLITIQUE : L’Alliance Patriotique Diambar pour la République(APDR)

CONTRIBUTION – PATRIOTES DEBOUTS ! – NOTRE PEUPLE EST VICTIME DE SON CHOIX POLITIQUE : L’Alliance Patriotique Diambar pour la République(APDR)

L’actualité de l’assemblée nationale est marquée par les spectacles désolants de nos leaders politiques investis de pouvoir pour siéger à l’Assemblée Nationale. Ces mammouths politiques occupent  l’Assemblée Nationale comme si celle là est la leur exclusivement. Ces hommes politiques  Opposition comme Pouvoir restent encore incapables de jouer leur partition qui sied durant des décennies. L’APDR-LES PATRIOTES animée par un esprit Patriotique met en garde contre de tel comportement qui sont de nature à ternir l’image de l’hémicycle.

Elle veut dans sa démarche éveiller en chacun des patriotes  ce qu’est l’Assemblée Nationale institution après le Président de la République. Son idéal de vérité, de paix sociale dans une lucidité sans faille fait qu’elle ne s’aurait comprendre et accepter au nom des principes républicains les scènes désobligeantes qui président au sein de cette institution. Car, il  est des choses que la respectabilité interdit dans un Etat bâti selon des vertus cardinales d’une nation.     

   L’Assemblée Nationale a vécu un demi- siècle  durant lequel elle n’a connu que deux années de régimes parlementaires et adopté  deux constitutions.

  • Celle du 07 Mars1963 qui consacre la rupture d’avec  un régime parlementaire pour un régime présidentiel qui donne plein pouvoir à l’Assemblée Nationale.
  • Celle du 07 Mars 2001 qui vient renforcer les pouvoirs du président de la république par un régime dit présidentiel.

La première législature n’a vécu que le temps d’une rose avec la crise institutionnelle qui a éclaté en 1962 entre le président de la République SENGHOR et le président du Conseil Mr Mamadou Dia. Cette crise institutionnelle a eu de graves conséquences sur la vie de la nation : emprisonnement d’Autorités Etatiques à KEDOUGOU,  restriction de nos acquis démocratiques (libertés individuelles et collectives des citoyens), l’entrée sans commune mesure dans l’ère d’une deuxième République avec une  nouvelle constitution instaurant un régime présidentiel le 07/03/1963. 

 L’EXCES DE POUVOIR DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

L’option prise dans cette nouvelle constitution était de confirmer le président SENGHOR comme seul maître  à bord pour faire valoir son ascendance sur la République. Avec l’avènement de la deuxième République L’Assemblée Nationale est restée arrimée au bon vouloir du Président de la République chef de l’exécutif. Des années de plomb ont émaillé l’évolution de la République. Un despotisme au relent d’une monarchie Senghorienne prend  le pas sur le fonctionnement des institutions de la République. Cette nouvelle forme de gouverner le pays  s’est vite  heurtée aux libertés  et aux  droits des citoyens.

    La lutte acharnée  des partis politiques évoluant dans la clandestinité  (PRA, PAI, PIT) rejoint par  le  Parti Démocratique Sénégalais (PDS) en 1974 venu renforce les partis de l’opposition clandestine ouvre la voie  du multipartisme au Sénégal aidé en cela par les médias nationaux et internationaux.

 LA SUCCESSION DE SENGHOR  PAR  SON PREMIER MINISTÈRE M. ABDOU DIOUF

L’amendement de la constitution en son article 33  a permis  au Premier Ministre  Mr ABDOU DIOUF de succéder  au Président SENGHOR démissionnaire. Le paysage politique changea de physionomie sous le règne du Président DIOUF qui autorisa le multipartisme reconnaissant de facto les partis politiques évoluant dans la clandestinité. Malgré cette ouverture, le puissant régime socialiste est resté maitre du jeu politique.

L’EMPRISE DE L’EXÉCUTIF  SUR  LE LÉGISLATIF

 Le rythme qui ponctue le fonctionnement de l’assemblée nationale  a beaucoup marqué les esprits avec la forte influence de l’exécutif sur le fonctionnement normal des députés qui votent et font passer comme lettre à la poste des lois  selon le vouloir du chef de l’exécutif  par le biais de sa mouvance présidentielle.

    L’APDR rappelle que le député une fois dans l’hémicycle, ne doit plaider  qu’au nom du peuple et non de partis politiques ou d’une tiers personne quelque soit son statut.  

  Les mandants  s’interrogent sur l’utilité de sa représentation nationale qui développe des attitudes partisanes lors des plénières. Leur comportement aussi coupable que complice dénote une nébuleuse dans  l’exercice de leur fonction de parlementaire.

 L’APDR fait remarquer que les députés de l’opposition dans leur posture de contestation permanente et ceux du pouvoir en posture de puissance toujours  excessive ne jouent guère le rôle qui sied dans l’intérêt du peuple sénégalais et occupent l’espace législatif comme si celui-ci  est le leur.

 L’APDR dénonce la continuité du jeu politique qui ponctue la marche politique du pays et  condamne le spectacle désolant, désobligeant  offert  quotidiennement par les représentants du peuple dans le parlement.  Les querelles intempestives entre les  groupes parlementaires et non inscrits sont une belle illustration de s’absence d’éthique, de morales et la mauvaise foi des représentants du peuple.  L’Assemblée Nationale de par la qualité de ses sessions perd sa crédibilité, son honorabilité.

 Le constat est amer et pose le problème du choix des candidats à la députation car les fonctions de député ne doivent pas être attribuées sur la base d’affinités politiques, mais sur l’éthique de responsabilité, et de morale de porter des attentes des populations. Sous ce rapport les populations électeurs majoritaires naturels sur tout l’espace national doivent oublier pour un moment leurs sensibilités partisanes dans lequel les leaders politiques les enferment en considération de leur cupidité (prébende et sinécure).

Aujourd’hui la conscience populaire est interpelée sur le choix de ceux et celles qui auront la charge de porter la voix du peuple. Ils  doivent avoir comme viatique permanent l’intérêt général du peuple, une faim insatiable de paix sans laquelle aucune initiative de développement ne peut prospérer.

 Bien des hommes ont eu à marquer l’histoire de L’Assemblée Nationale ; pour la plupart  Président de la deuxième institution du pays après la présidence de la République. Leur passage à L’Assemblée était toujours lié à des enjeux politiques.  Si la première législature à particulièrement marqué les esprits c’est que d’abord elle était placée sous le magistère des grands hommes qui constituaient le duo qui détenait entres les mains  des pouvoirs.

Cette première législature consacra le passage d’un régime parlementaire à un régime présidentiel entré en vigueur en 1963 sans que cela n’ait déteint sur le pouvoir  de L’Assemblée Nationale en raison du respect mutuel que se vouaient. Après l’Assemblée Nationale  est  devenue une risée  politique lié au pseudo tentative de coup d’état de 1962 ayant pour point de départ l’Assemblée Nationale. Cependant, il faut noter une régression institutionnelle et un recul de notre démocratie née de l’absence d’équilibre des trois institutions.

L’Assemblée Nationale a besoin  d’un grand homme et  des Députés compétents mus par l’éthique de responsabilité et de moralité  afin que celle-ci  soit et reste un lieu  où on examine et légifère des projets de loi et propositions de loi ; ainsi certains leaders politiques doivent se retirer des arcanes de la politique pour faciliter l’émergence de nouvelles générations de  leaders politiques capable de s’assumer et assurer le travail parlementaire au dessus des ambitions crypto-personnelles. Leur seul crédo qui vaille  est de combattre sans relâche le spectre des maux sociaux qui plombent le développement.

 Par les faits de nature à discrédité et à déshonorer notre peuple, L’APDR invite le Président  de la République à destituer l’Assemblée Nationale et d’organiser dans un bref délai des élections législatives anticipées.

« LA RÉPUBLIQUE D’ABORD »

 FAIT A THIES LE 22/10/2015

                                                                                                                                   Abdoulaye Fall MAO

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage