Cri de cœur d’un héritier du rail à l’endroit de Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal Monsieur le Président,

Cri de cœur d’un héritier du rail à l’endroit de Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal  Monsieur le Président,
Negoce

Monsieur le Président,

Nous nous souvenons mais tenons aussi à rafraîchir la mémoire à tous ceux qui avaient opté de vous soutenir que, conformément à l’attente de la majorité des sénégalais, la grande avancée démocratique que fut pour notre pays, l’alternance intervenue au soir du 25 Mars 2012 devait se traduire, entre autres objectifs, par la consolidation et le renforcement des acquis en matière d’innovations économiques, d’instauration d’un Etat de droit, d’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations mais surtout d’ancrage à une gouvernance vertueuse.

Qui ne se souvient des formules et slogans contenus dans les discours de campagnes électorales à travers la déclinaison des objectifs du programme «Yonu Yokuté» où votre éminence était presque reçue et perçue partout tel un homme providentiel.
Que de cadres d’actions politiques et sociales mobilisés, de sénégalais touchés par la portée des discours de rupture sans compter les structures de communication mises à contribution dans l’œuvre de réalisation d’une alternance contre un régime qui cherchait à relancer les Chemins de fer, à réduire la fracture numérique, à doper le secteur de l’agro-pastoral, à renouveler le dispositif logistique de la SENELEC, à motiver une jeunesse-cheville ouvrière du développement à la base, etc.…Et, nonobstant la forte demande sociale de l’époque où l’économie mondiale n’était pas ce qu’elle est à présent.

Ainsi, vous nous permettrez de vous adresser avec déférence ces mots qui définissent l’objet du forum national dont nous proposons la tenue à Thiès dans le but de porter un plaidoyer fort auprès de votre autorité.
Que, sans risque de nous tromper, nous pouvons affirmer Monsieur le Président de la République, que les sénégalais ont fini de méditer sur l’agonie du secteur ferroviaire au Sénégal. Idem à l’endroit de ces acteurs avertis qui méditent encore sur le rôle indéniable de fer de lance que les Chemins de fer peuvent jouer dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, du NEPAD et du Programme YONU YOKUTE à travers l’autonomisation des femmes et des jeunes, la préservation de l’environnement, la sécurité dans le transport de masse, l’émergence de nouveaux pôles d’échanges, l’interconnexion de nos villes mais, surtout la promotion du brassage interculturel entre les peuples de notre Sous-région.
Nous nous souvenons encore, qu’aux horizons de la célébration de son centenaire en 1985, les Chemins de fer contribuaient très fortement sur le PIB du Sénégal. Mais, subitement, par la faute d’une gestion peu orthodoxe de la SNCS qui hypothéqua l’essor du secteur ferroviaire, combien de villes et de villages bastions de l’agriculture, de l’élevage et du commerce ont décliné voire dépéris faute de passages des trains: des centaines.
Combien de personnes, de familles et de PME qui subsistaient grâce aux Chemins de fer ont suivi dans son démantèlement désolant: des milliers. Combien d’avenirs brisés, de vies perdues, d’investissements humains et financiers sont ensevelis faute d’un trafic ferroviaire régulier et compétitif: aucune réponse ne saurait être exacte, Monsieur le Président de la République.

Pourtant, les groupes stratégiques que constituent les cheminots, leurs familles et les potentiels usagers des chemins de fer sont aussi représentatifs que le monde paysan au Sénégal. Ils nourrissent l’espoir afin de voir ce secteur reprendre son essor d’antan, parce que renfermant une haute valeur ajoutée dans l’édification d’un Sénégal Emergent.

Qu’il vous plaise Monsieur le Président de la République de nous permettre de rappeler qu’en 1993, nous étions ces jeunes fils de cheminots regroupés au sein d’une structure associative qui prédisaient en synthèse d’un forum, à la suite d’une communication de Feu Charles CORREA modérée par Monsieur Ndiaga NDIAYE à l’époque DG A de la SNCS, un avenir radieux des Chemins de Fer du Sénégal pour les horizons 2000.
A présent, Monsieur le Président, force est de reconnaître que le constat désole les sénégalais en général et plus particulièrement la communauté ferroviaire. Face à la déstructuration du secteur ferroviaire, le courage commande que chacun se pose la question suivante:
– Où est ce génie patriotique sénégalais, qu’on évoque tant et à chaque fois qu’un pilier de notre économie s’effrite ?
Depuis cette époque, la capitale du rail (Thiès) et le Sénégal entier n’ont cessé de déplorer la décadence des Chemins de Fer qui, de nos jours, devaient voir ses fils de rail connecter Mbour à Touba et Ziguinchor à St Louis. Aujourd’hui, les sénégalais dans leur écrasante majorité attendent du Gouvernement, la poursuite des mesures déjà engagées dans la voie de l’édification d’un réseau national de chemins de fer performant.

Oui, nous membres du Mouvement « DEPARTS » osons croire qu’avec ces récentes mesures qui visent la réorganisation du secteur pour la reprise dynamique des activités des chemins de fer au Sénégal, que votre volonté de remettre le train sur les rails, sera plus que jamais soutenue par l’ensemble des acteurs concernés.

Oui, Monsieur Le Président, nous espérons grâce au document de capitalisation des résultats des travaux de ce forum de plaidoyer qui vous sera transmis, que le sifflet du train trouvera un écho favorable auprès de tous les artisans d’un Sénégal Emergent.
Oui, nous sommes persuadés, que par la mise en œuvre de votre vision déjà manifeste à l’endroit de ce secteur et les actions qui en émaneraient, les départs des trains des gares du Sénégal ressuscitera auprès de nos concitoyens riverains de la voie ferrée, une immense fierté sociale.

Ainsi, l’institutionnalisation d’une société nationale en charge du patrimoine ferroviaire, d’un organe de régulation du secteur et d’un système de péage aux fins d’exploitation des lignes favorisera la reprise des trafics vers les destinations suivantes :
►Kaolack, la construction d’une gare à Médina Baye, l’ancienne étant détruite pour les raisons du projet de cœur de ville ;
►St Louis, la construction d’une nouvelle gare à LEBAR, l’adoption d’un système de transbordement vers la ville par bus comme à Dakar et la requalification de l’ancienne gare en Musée d’histoire et d’ethnographie ;
►Touba, un train-navette de Week end (VSD) ;
►Mali, la reprise des corridors Express (Sénégal-Mali).
La réouverture de ces lignes, Monsieur le Président de la République, contribuera à booster au niveau des collectivités locales traversées, une économie locale porteuse avec à la reprise dynamique des activités de mobilité interurbaine, agropastorale, commerciale, etc.
Qu’en plus de l’apport de l’Etat, l’implication des investisseurs privés étrangers et locaux, des industriels cimentiers et miniers, des opérateurs économiques et du patronat mise à contribution, peut constituer le levier le plus indiqué pour accélérer le processus de relance dynamique des Chemins de fer en vue de redonner espoir de vie économique durable, à toutes ces contrées en Décadence.
Nous vous réitérons, Monsieur le Président de la République, notre dévouement à soutenir toutes les stratégies qui seront mises en œuvre dans la voie d’une nouvelle politique ferroviaire au Sénégal.

Vive la relance des chemins de fer, vive le Sénégal émergent…

Babacar NDIAYE dit Seydou
Coordonnateur du Mouvement (DEPARTS)
« Démarche Patriotique pour l’Avenir des Rails et du Train au Sénégal »
babseydou@yahoo.fr

3 Comments

  1. Pr. Jean louis correa

    Je me réjouis, en tant que fils de cheminot, de voir que des gens portent ce combat du rail. Feu mon père, charles correa, a été de ce combat contre la décrépitude des chemins de fer. Je suis prêt, avec vous tous, à participer à ce combat. Bravo et du courage Seydoux.

    Reply
  2. Cheikh Ahmadou Fall

    Thierno Seydou
    Mon cher Babacar
    Comme toujours, en digne fils et héritier de Latyr, tu as été un infatigable porteur de ce combat pour une nouvelle politique ferroviaire au Sénégal. Nous sommes de ceux qui pensent que le Président de la République reçoit tes contributions en tient compte.
    A lecture du document par lequel, vous aviez formulé les propositions suivantes à savoir, l’Université de Ziguinchor au nom du Pr Assane SECK, l’Université Amadou Makhtar MBOW, les Domaines Agricoles Communautaires, la relance du chemin de fer et etc.;
    Je vous recommande comme toujours de rester tel que nous te connaissons et comprendre qu’un jour, le bon travailleur sans état d’âme te conviera à ses côtés pour que le Sénégal puisse enfin bénéficier des ambitions que nous nourrissent pour son PEUPLE…
    BON VENT MON COUSIN…

    Reply
  3. assane

    Felecitations Babacar mais a mon avis il faut commencer par poser un diagnostic correct des raisons et des responsables du pillage organise de la SNCF. Moi aussi je suis fils de cheminot qui a assiste le coeur meurtri a la destruction systematique du reseau des chemins de fer. Destruction a laquelle ont pris part des thiessois doubles de cheminots vereux. Debusquez ces vautours qui sont encore a Thies et tenez les a l’ecart de votre organisation. Il est vrai que sous pretexte de l;ajustement structurel le Gouvernement socialiste avec l’aide de ces vautours de thiessois a procede au dementelement du chemin de fer.
    Dans vos propositions vous semblez oublie le troncon Louga Linguere dont la rentabilite est plus visible aujourd’hui qu’hier. Il est bon de rever mais je considere ce n’est pas encore demain la veille

    Reply

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…