septembre 20, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

Culture: Impressionnante présentation de fin de stage des comédiens formés au centre culturel de Thies … (Vidéo)

l’Interview de Patrick MOWR

Culture: Impressionnante présentation de fin de stage des comédiens formés au centre culturel de Thies … (Vidéo)

Le projet « Le Pont » et ses comédiens viennent de passer cinq semaines dans la cité du rail pour un stage en collaboration avec Arcots Thiès et le centre culturel régional situé au quartier Nguinth. Un séjour plein d’activités au terme duquel Patrick MOWR dira toute sa satisfaction. « Nous avons eu le plaisir de pouvoir jouer notre présentation de fin de stage « El Dorado ». Une pièce sur la migration avec 33 acteurs, musiciens, danseurs sénégalais, maliens et suisses », explique l’artiste qui se dit « très fier du travail qu’ont accompli les acteurs et les actrices parce que c’est un travail dans le temps très court sur une thématique très dure, tragique et avec beaucoup d’acteurs qui à l’origine ne parlent pas forcément français et qui ont dû se battre avec la langue pour pouvoir se l’approprier et jouer en toute liberté. Et c’est important pour des acteurs sénégalais que de pouvoir jouer à la fois en wolof et en français. C’est un acquis qui leur offre beaucoup plus de possibilités en ce sens qu’il va leur permettre de diffuser leur travail dans la sous-région et en Europe. Ce qui peut leur offrir plus de ressources ».

Mais ce n’est pas souvent le cas pour les comédiens sénégalais qui, à en croire
Patrick MOWR, « font un gros travail, créent un spectacle mais ne jouent que très peu faute de circuits de diffusion ». D’ailleurs, l’un des buts visés par leur travail, assure-t-il, c’est de faire en sorte que les spectacles qui sont créés puissent être tournés dans beaucoup de centres culturels, de régions et même au Mali, au Burkina Faso, au Togo ou encore en Côte d’Ivoire.
Quid? Pour Patrick MOWR, c’est là où le bas blesse. « La section Théâtre du Conservatoire est fermée et c’est un drame », lance –t-il à qui veut l’entendre. Aussi il interpelle directement le gouvernement qu’il « invite à soutenir beaucoup plus les artistes sénégalais ».

Cathy SARR, comédienne et metteur en scène qui évolue à Genève depuis 2006 embouche la même trompette en s’apitoyant sur le recul que connaît aujourd’hui le théâtre sénégalais qui était naguère le premier en Afrique de l’Ouest. Pour elle, il est grand temps de remonter la pente afin que le Sénégal et son théâtre retrouvent leur lustre d’antan. Cependant, elle se dit contente de la forte présence du public Thiessois lors de la manifestation tenue au centre culturel de Nguinth ce 6 janvier 2016.

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage