octobre 23, 2017

BBY THIES

DANGER ! : L’ex-secrétaire à la Défense américain SIGNALE la menace d’une guerre nucléaire

DANGER ! :  L’ex-secrétaire à la Défense américain SIGNALE la menace d’une guerre nucléaire

Le facteur humain ou une défaillance du système d’alerte avancée pourrait provoquer une guerre nucléaire, a affirmé William Perry, ex-secrétaire à la Défense américain, qui constate que de nouveaux dangers relatifs à la prolifération nucléaire ont récemment surgi, en marge du Forum international de Luxembourg sur la prévention d’une catastrophe nucléaire. «Dans le monde moderne, le risque d’une catastrophe nucléaire augmente grandement. L’une des raisons pour lesquelles un conflit nucléaire pourrait être déclenché est une erreur humaine ou une éventuelle défaillance du système d’alerte avancée des États-Unis et de la Russie», a-t-il indiqué.

William Perry a rappelé que trois (3) erreurs de ce type avaient été enregistrées durant les années de la guerre froide et s’est arrêté sur deux d’entre elles: celle de 1979 aux États-Unis et celle de 1982 en URSS. «En octobre 1979, j’ai été appelé par un général qui m’a informé du lancement de 200 missiles balistiques intercontinentaux à la fois et a précisé que c’était probablement une erreur. Nous avons vérifié notre système d’ordinateurs : tout fonctionnait. Il s’est avéré par la suite que l’opérateur avait introduit des données d’exercices et que celles-ci avaient été identifiées comme réelles par le système. Ce n’est que grâce au président qu’il a été possible d’éviter une guerre nucléaire. La décision a été prise en l’espace d’une dizaine de minutes», a-t-il poursuivi. Il a ajouté qu’un cas identique s’était produit en URSS en 1982, mais que le pire avait également pu être évité.

William Perry s’est déclaré «profondément inquiet» face à l’état actuel des relations russo-américaines, rejetant dans une certaine mesure la responsabilité sur Washington. Il a rappelé que lui-même n’avait pas soutenu l’élargissement de l’Otan ni le déploiement du bouclier antimissile américain en Europe. Il a noté que la Russie était «l’unique pays capable de porter préjudice aux États-Unis». «Aurions-nous oublié les coûts de la course aux armements dans le secteur nucléaire ?», a-t-il lancé. William Perry a également cité trois (3) nouveaux dangers relatifs à la prolifération nucléaire, qui n’existaient durant la guerre froide : le terrorisme nucléaire, l’éventualité d’une guerre nucléaire régionale entre l’Inde et le Pakistan et un éventuel conflit avec la participation de la Corée du Nord.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.