août 23, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Des éditeurs de sites internet français veulent porter plainte contre les exploitants de logiciels destinés à bloquer la publicité en ligne

Des éditeurs de sites internet français veulent porter plainte contre les exploitants de logiciels destinés à bloquer la publicité en ligne
thies massage

[template id= »821″]

Le Geste, un organisme qui rassemble des éditeurs de sites internet français, et l’IAB France, une association qui promeut la publicité en ligne, se préparent à porter plainte contre les logiciels de type « adblocker », dont la fonction est d’empêcher l’affichage automatique des publicités sur les sites, rapporte le journal économique français Les Echos. Sur les sites web, les publicités peuvent prendre la forme de bannières, d’annonces textuelles, de vidéos, et elles permettent souvent aux sites internet de financer les contenus qu’ils peuvent ainsi proposer gratuitement aux internautes

Les « adblockers » rendent ces annonces publicitaires invisibles, ce qui implique que les internautes ne peuvent plus cliquer dessus. En conséquence, les éditeurs ne peuvent plus en tirer de recettes. En outre, les éditeurs de ces logiciels se financent parfois en proposant aux éditeurs de ne pas bloquer leurs publicités, à la condition qu’elles respectent certains critères pour être moins invasives, contre une rétribution… c’est notamment une pratique adoptée par Eyeo, le développeur Adblock Plus. Certains éditeurs parlent d’extorsion.

PageFair, une firme de recherche irlandaise qui aide les entreprises du net à mesurer l’influence des logiciels « adblockers » sur leurs recettes de publicité, a mené une étude sur 220 sites, et établi que 22,7% des internautes avaient déjà installé de tels logiciels. Cela signifie qu’un site qui se finance par la publicité a déjà perdu en moyenne un quart de son chiffre d’affaires. 144 millions d’internautes en auraient installé un sur leur ordinateur, un chiffre qui a augmenté de 69% en un an. En France, ils seraient 5 millions à avoir installé le leader du marché, « Adblock Plus ».

Le développeur de ce dernier serait en train de programmer une version capable de bloquer les messages de « native advertising », des contenus qui se veulent à la fois informatifs et publicitaires, la forme moderne des « publi-reportages ». Selon PageFair, l’utilisation de ces « adblockers » progresse de 43% par an. Les adblockers ont aussi déjà trouvé leur place dans les navigateurs mobiles. 6% des internautes mobiles en auraient déjà installé un sur le leur. D’après PageFair, si la tendance se poursuit au même rythme, le marché de la publicité sur Internet aura cessé d’exister en 2018. En Allemagne, une action en justice a déjà été lancée contre Adblock Plus. Le Geste et l’IAB auraient pris contact avec leurs homologues allemands pour prendre conseil. Récemment, le moteur de recherche Google a lancé Contributor aux États-Unis, un service qui donne aux internautes la possibilité de surfer sur le Web sans publicité, et qui vise à concurrencer les « adblockers ». En faisant payer un abonnement mensuel modique aux internautes, Google permet aux auteurs des sites internet d’enregistrer des recettes de substitution, en l’échange d’une commission.

 

Source : lesnouveautes

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…