août 18, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

ECONOMIE : La BAISSE baisse des PRIX des matières premières peut FREINER la croissance de l’Afrique en 2015

ECONOMIE : La BAISSE baisse des PRIX des matières premières peut FREINER la croissance de l’Afrique en 2015

[template id= »821″]

Selon les dernières prévisions du Groupe de la Banque mondiale sur l’Afrique, publiées lundi 13 avril 2015, la croissance de l’Afrique sera inférieure à la moyenne de 4,4% réalisée dans la région au cours des 20 dernières années, un chiffre qui est bien loin du pic de croissance de 6,4% enregistré au cours des années 2002 à 2008. Cette information qui sort de l’Africa s’ Pulse, une publication de l’institution multilatérale qui analyse les perspectives économique de l’Afrique, intervient à la veille des Réunions de printemps qui auront lieu cette semaine à Washington DC et rassembleront les ministres des Finances et du Développement du monde entier qui discuteront de l’état de l’économie mondiale et du développement international.
Pour les Africains, hors Afrique du Sud et Maghreb, le message est déjà connu, il leur sera demandé d’accélérer les réformes structurelles nécessaire à la diversification de leurs économie, qui reposent à près de 90% sur la vente des matières premières. « La fin du super-cycle des matières premières donne en effet au continent l’occasion d’accélérer ses réformes structurelles en faveur d’une croissance susceptible de réduire la pauvreté de manière plus efficace» a fait savoir Maktar Diop, le vice-président de la Banque Mondiale en charge de la région Afrique.
L’Africa’s Pulse ne manque pas de sonner l’alerte sur la situation et rappelle que les 36 pays africains concernés, qui risquent de voir les termes de leurs échanges se dégrader, abritent 80% de la population du continent et représentent 70% de l’activité économique. Une atténuation toutefois, l’impact de la baisse des cours des matières premières sera toutefois variable selon les pays, même parmi les pays producteurs de pétrole.
Dans la foulée, on apprend aussi, que plusieurs pays importateurs de pétrole tels que la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Sénégal devraient, pour leur part, conserver une croissance forte. Mais au Ghana, l’inflation toujours élevée et la politique de redressement budgétaire menée par le gouvernement, devraient continuer de peser sur la croissance. De même, l’Angola et la Guinée Équatoriale devrait souffrir en cas de baisse prolongée des cours du pétrole, alors que l’Afrique du Sud souffrira toujours de son déficit énergétique.
A côté des défis structurels, les pays d’Afrique subsaharienne continueront d’avoir des difficultés avec l’insécurité qui affecte certains d’entre eux. « Les conflits qui se poursuivent dans certaines zones et les incidents violents émanant de groupes extrémistes comme Boko Haram et les Chabab constituent un risque sécuritaire qui pourrait remettre en cause les acquis du développement », fait savoir la Banque Mondiale dans son rapport.

thiesinfo.com avec Agence Ecofin

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…