BBY THIES

ECONOMIE : les bucherons de Thiès se frottent les mains

ECONOMIE : les bucherons de Thiès se frottent les mains

[template id= »821″]

Et pour cause les affaires marchent comme sur des roulettes. C’est du moins l’avis de beaucoup d’entre eux, rencontrés à travers la ville. Pour ces professionnels du bois, la Capitale du Rail regorge de vieux arbres morts, particulièrement des cailcédrats inclinés et qui menacent de tomber, constituant un réel danger pour les populations où simplement très encombrants dans les chantiers publics où privés. Dés lors ce sont les bûcherons qui sont sollicités pour l’abattage où l’élagage de ces géants très prisés dans la production de bois de chauffe pour les ménages et les ‘’dibiteries’’ mais également de bois d’œuvre utilisé dans la fabrication de mortier à piler, de pilon et d’autres objets d’art. Ce qui fait dire à A.S que dans ce genre de travail, la main d’œuvre est payée soit en espèce soit en nature, c’est-à-dire en gardant le bois. En tout cas, si ailleurs, on parle de difficultés liées à la conjoncture économique, dans le secteur du bois par contre les bûcherons de Thiès ne se plaignent pas.

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…