septembre 19, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

ESPIONNAGE EN PLEIN CIEL : Air France dans le VISEUR des services secrets de la NSA et du GCHQ

ESPIONNAGE EN PLEIN CIEL : Air France dans le VISEUR des services secrets de la NSA et du GCHQ

Les révélations Snowden nous dévoilent cette fois un espionnage à haute altitude: la NSA et son équivalent britannique s’avèrent être capables d’intercepter les données des communications des passagers de la majorité des grandes compagnies aériennes, et Air France ne fait pas exception. Savez-vous quel est le point commun entre le président pakistanais, un trafiquant de cigares ou d’armes, une cible du contre-terrorisme ou un membre de réseau de prolifération nucléaire ? La réponse  est dans les documents extraits par l’ancien employé de l’Agence nationale de la sécurité (NSA) Edward Snowden : « ils utilisent tous leur téléphone portable lorsqu’ils sont dans un avion ». En coopération avec The Intercept, Le Monde  est parvenu à découvrir que la plupart des compagnies aériennes avaient été espionnées par la NSA et par son équivalent britannique, le Government Communications Headquarters (GCHQ). Dans le document classé top secret de l’une des directions de la NSA, SIDtoday, une nouvelle branche d’espionnage voit le jour : l’interception des données de communications, y compris les codes secrets, à bord des avions.

COMMENT CE TYPE DE SURVEILLANCE SE FAIT-IL  ?

Le nombre de personnes utilisant leur portable en vol augmente : en 2008, il y en avait 50 000 tandis que vers la fin de l’année 2009 ce chiffre avait déjà doublé. Ce qui a rendu relativement facile la tâche du GCHQ en 2012 : le service secret a mis en place le programme Southwinds  censé collecter le trafic, les métadonnées et le contenu des connexions à bord des avions dans la zone couverte par les satellites Inmarsat, soit dans l’espace aérien au-dessus de l’Europe, du Proche-Orient et de l’Afrique. Chaque téléphone allumé à une altitude de croisière de 10 000 pieds peut être localisé et espionné, apprend-on des archives auxquelles Le Monde a pu accéder. L’avion peut être surveillé toutes les deux (2) minutes. L’interception se réalise grâce aux stations secrètes d’antennes au sol, le signal transitant par satellites. De plus, le GCHQ se trouve même capable d’empêcher le fonctionnement d’un téléphone et de faire en sorte que l’utilisateur doive débrancher et redémarrer son portable, et ce avec ses codes d’accès —alors le service britannique peut capter ses identifiants.

AIR FRANCE DANS LA LIGNE DE MIRE

La compagnie Air France a subi des actes d’espionnage aérien américano-britannique depuis 2005 tandis que le premier cas d’usage d’un smartphone à bord date du 17 décembre 2007 (vol AF 1046 d’Air France, reliant Paris et Varsovie). Vu que les vols d’Air France et d’Air Mexico ont été considérés comme des cibles potentielles de terroristes depuis la fin 2003 par la CIA, la SID (l’une des principales directions de la NSA, Signal Intelligence Directorate) chargée du renseignement d’origine électromagnétique a élaboré ce programme destiné à éviter « un nouveau 11 septembre ». D’après le service juridique de la NSA, « il n’y a aucun problème légal pour cibler les avions de ces deux compagnies à l’étranger » et « ils devraient être sous la plus haute surveillance dès qu’ils entrent dans l’espace aérien américain ». Un avion d’Air France a d’ailleurs été choisi par le GCHQ pour démontrer comment l’interception en vol fonctionne.

1029054282

Extrait d’une présentation du Government Communications Headquarters (GCHQ) montrant comment le service britannique intercepte les communications au sein des avions d’Air France

D’AUTRES CIBLES DE L’ESPIONNAGE AÉRIEN DE LA  NSA ET DU GCHQ

La surveillance du GCHQ et de la NSA ne se limite pas à l’interception des communications des passagers ordinaires, mais a aussi ses cibles haut placées. Parmi elles, on trouve des représentants de la diplomatie israélienne, ce tant à Jérusalem qu’à l’étranger, des sociétés privées de l’industrie de la défense, des entités étatiques assurant la coopération internationale ou encore des centres universitaires connus dont le niveau scientifique est assez haut. De même, les services secrets américains et britanniques ont mis sous surveillance conjointe GCHQ-NSA l’Autorité palestinienne. La NSA se révèle d’ailleurs une alliée proche de l’EWD, le service de renseignement électronique jordanien et les interceptions du GCHQ contiennent aussi des données portant sur la cour royale de Jordanie, du chef du protocole du roi et de l’ambassade de Jordanie à Washington.

Actuellement, il est permis de téléphoner  depuis l’avion de plus d’une centaine de compagnies, mais les services secrets étendent toujours leur terrain d’expérimentation et les cibles de leur interception sont alors annoncées : les codes PIN et les adresses e-mails voix, data, SMS, Webmail, Webchat, réseaux sociaux, Google Maps, Currency Converters, Media, VOIP, BitTorrent et Skype. Selon des experts, les années 2016, 2017 et 2018 pourraient s’avérer des années historiques, surtout vu l’installation du Wi-Fi en plein vol. Et alors que le périmètre de l’utilisation des portables s’étend, la SID s’interroge elle-même : qu’est-ce qui nous attend ensuite, l’espionnage des trains ? Il faut donc être vigilant, résume-t-elle.

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage