BBY THIES

Et si les prisonniers graciés au mois d’avril reprenaient service dans la capitale du rail?

Et si les prisonniers graciés au mois d’avril reprenaient service  dans la capitale du rail?
Negoce

Tout se passe comme si les graciés récents de la maison d’arrêt et de correction(MAC) de Thiès reprenaient leurs activités répréhensibles. La recrudescence des cambriolages de boutiques, d’agences ‘’Wari’’ et de pharmacies, le vol de télévision à écran plat, les braquages, vols çà main armée et autre arnaques sont devenus monnaie courante dans la capitale du rail en ce mois d’avril, coïncidant avec l’élargissement de certains malfaiteurs qui ont bénéficié de la grâce présidentielle à l’occasion de la fête de l’indépendance.

Un ancien ex agent de la sécurité résidant dans le quartier populaire de cité Lamy donne son avis : « L’une des missions majeures de la MAC est de rééduquer les hors la loi mais elle n’est pas assez outillée pour atteindre cet objectif. D’autre part, les services de sécurité, malgré leur compétence, sont confrontés à un déficit de personnel et de logistiques pour faire régner l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire de la ville. Il est nécessaire d’opérer un tri sur les détenus sur les individus qui doivent bénéficier de la grâce présidentielle.

Quelqu’un qui commet un crime à Diourbel, jugé et emprisonné à Thiès, une fois gracié, ne pourra pas rentrer directement chez lui. Et pour survivre, il forme une petite bande pour repérer ses cibles le jour et passer à l’acte la nuit. Le cadre de réflexion des Thiéssois se penchent sur la situation de la sécurité dans la capitale du rail.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…