BBY THIES

Gamou 2017 – Serigne Khadim Gaydel Lô propose de conserver le Franc CFA et d’utiliser les fonds de garanties de la monnaie comme crédit au développement.

Gamou 2017 – Serigne Khadim Gaydel Lô propose de conserver le Franc CFA et d’utiliser les fonds de garanties de la monnaie comme crédit au développement.

Au nom de Dieu le clément ; le miséricordieux.
Gloire à Dieu qui a donné au Prophète Mohammed (PSL) la précellence alors que l’aïeul était encore voilé dans la boue.

Chers Talibés

De prime abord remercions le Très Haut qui nous  a permis une année encore de répondre présent à ce jour de grâces et de prières. Le Mawlid Al Nabi par essence célèbre la naissance d’un Prophète qui est aussi le summum du succès pour le genre humain. Seydina Mohammed nous a légué la  religion préférée de Dieu  tout en la corroborant d’une Sounah exclusive dans l’optique de nous aider à réussir dans les deux mondes. Il a créé une communauté ; la Oummah Islamique qui est singulière en ce genre car brassant toutes les couleurs et toutes les races  et dont le meilleur n’est autre que celui qui craint Dieu le plus.

A l’entame de mes propos je voudrai réitérer mes sincères remerciements  à tous ceux qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cette nuit de dévotion ici à Touba Baghdad . Il s’agit d’abord de toutes les communautés religieuses et délégations de khalifes qui ont le fait le déplacement en ces terres. Ensuite le président de la République; le premier ministre et son gouvernement. Aussi tous les chefs de services régionaux concernés dont leur action pour le succès de cette nuit est fort louable. Je voudrai aussi remercier le ballet des délégations politiques d’horizons divers qui a défilé ces jours -ci en cette terre bénite de Baghdad pour témoigner de leur amitié et affection pour notre communauté.

Après que les principaux intervenants aient mis l’accent sur les bienfaits attachés à la célébration du  Gamou; la quintessence de mes propos se résumera à trois clarifications majeures :

La première est de réitérer que cette nuit se juge à l’aune de la précellence et préséance de cet Homme de Dieu . Seydinna Mohammed (ses) est en effet la porte de la bonne guidée. Par considération pour son auguste personnage toute chose fut créée. Ainsi le Nur  Mohammedien est incomparable à toute autre lumière qui soit.  Au demeurant elle est la source d’où est puisée toute autre prophétie ou sainteté. Par conséquent le lion de Badr ne saurait être comparé à aucun humain car n’étant l’égal de personne . Nul doute alors si Cheikh Ahmadou Bamba décida de lui
Offrir tous ses services pour s’honorer le titre de Cheikhoul khadim ; son serviteur. Toutes les bonnes qualités humaines et toutes les lumières de sainteté se retrouvent sur celui-ci  qui est l’alpha et l’oméga de la création en sa substance. Je vous rappelle chers Talibés que Serigne Touba ne pouvait concevoir d’aimer autre chose que  le prophète Mohammed (sws). Les anecdotes à ce sujet sont nombreuses et l’on ne retiendra que deux faits. Celui qui le vit s’excuser auprès de ses deux fils de n’avoir aucune place restante dans son cœur pour un amour paternel car son cœur étant  déjà rempli de cette  affection incommensurable pour l’élu de Dieu. L’autre fait subséquent de cet amour fut sa volonté à une certaine période à vouloir aller immigrer à Médine le restant de sa vie rien que pour être proche du mausolée de son Maître le Prophète. Ceci  fut du reste  avant que n’intervienne le décret irrévocable de l’exil. Donc réservons dans nos cœurs un amour inégalable au prophète Mohammed et ne le comparons-le à aucun autre prophète ou saint comme nous l’a enseigné Khadim Rassoul .

L’autre point sur lequel que je voulais m’appesantir fut la question posée lors du Magal à propos du devenir CFA. À ce sujet commençons par demander à Dieu de nous préserver du malheur de l’argent. L’argent n’est rien d’autre qu’un outil permettant de faire des bonnes actions de grâces pouvant comptabiliser positivement le jour du jugement. Dans nos vies personnelles divorçons d’avec l’argent  Une société constamment tirée vers la recherche du gain a fortiori celui facile court inéluctablement vers sa perte. Ainsi démystifions l’argent pour vivre en paix d’avec le Seigneur. Nonobstant pour répondre directement à cette question disons que c’est une revendication légitime que de vouloir sa propre monnaie. Si telle est la volonté partagée des populations; Les gouvernants de l’UEMOA se doivent de poser le débat sur la problématique du devenir du CFA .  Nonobstant le débat se doit d’être posé à un niveau intellectuel;  loin des actions de spectacle comme la brûlure de la monnaie. La monnaie est une question de souveraineté et n’importe laquelle elle n’est faite que pour être domptée. Nous pensons qu’il arrivera un jour ou  le fait d’avoir une monnaie propre africaine s’imposera d’elle-même aux gouvernants surtout avec la mobilité plus croissante des biens et des personnes. Mais jusqu’à ce jour sachons raison garder en maintenant cette monnaie tout en palliant aux inconvénients qu’elle pose . Car il est vrai que le CFA apporte un tant soit peu de stabilité dans les échanges du genre comparée à certaines monnaies de la sous-région toujours assujetties à toute sorte de fluctuation et d’inflation. Mais garder la monnaie ne veut pas dire Renégocier les termes de l’accord surtout relativement au fonds de garantie de cette monnaie. En effet Ces milliards dont on dit déposés à tout instant dans les banques françaises comme garantie de la stabilité pourraient être utilisés à bon escient comme crédit au développement de la sous-région. Réfléchissez à un mécanisme permettant d’utiliser à bâbord cet argent dont on dit qu’il dort dans les banques pour insuffler le  développement avec un fonds.

Enfin je voudrai m’exprimer sur la stabilité sociale .Accordons nous sur le primat de base que  Le Sénégal appartient à tous .Ainsi  Les acteurs politiques se doivent de contribuer à apaiser le climat social. Une faillite de l’Etat ne saurait bénéficier à personne. Pour preuve Voyez le cas de la Libye. Certes on s’insurge et s’indigne devant l’esclavagisme rampant dans ce pays mais l’origine de cet fait est à trouver dans la faillite de l’Etat  en ce que son autorité est devenue inexistante dans certaines régions .Au demeurant je réitère aux politiciens de ce pays de ne pas verser dans la surenchère politique; la polémique inutile ; la démagogie et les invectives. Cultivons surtout la paix pour des lendemains meilleurs.

Assalaleikoum Wa Rahmatoullah
Serigne khadim Lô Gaydel

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…