août 23, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Hausse considérable des prix de l’oignon et de la pomme de terre, à seulement 10 jours de la fête de laTabaski.

Hausse considérable des prix de l’oignon et de la pomme de terre, à seulement 10 jours de la fête de laTabaski.
thies massage

Après le constat sur le manque de moutons dans les foirails, particulièrement au point de vente du croisement Ngoundiane, c’est au tour des prix des deux denrées les plus prisées en cette fête de Tabaski, de connaître une hausse considérable. La flambée des prix de l’oignon  et de la pomme de terre est constatée au marché central de Thiès. Des commerçants grossistes soutiennent le  le contraire.

Parmi eux, Bass Touré s’est prononcé : « L’oignon et la pomme de terre sont actuellement vendus à 8 500 F CFA, le sac et à 375 F CFA le kilogramme. Auparavant, le sac d’oignon était à 10 000 francs. Donc, le prix a connu une baisse et la situation peut évoluer positivement d’ici  la fête de Tabaski’’ ». Mandiaye, un commerçant détaillant, confirme la baisse du prix de l’oignon, passé, dit-il, de 9 500 F CFA à 8 500 F CFA, quant au prix de la pomme de terre, il est resté stable à 8 500 FCFA le sac. La pomme de terre et l’oignon, poursuit-il,  proviennent essentiellement de la Hollande et du Maroc et depuis quelques temps, l’oignon  importé domine le marché. Cela ne fera cependant pas démordre les clientes qui contestent les prix avancés par les vendeurs et soutiennent que les tarifs n’ont aucunement fléchi puisque l’oignon est vendu à 450 F CFA et la pomme de terre à 400 F CFA. Et la dame Salimata, venue s’approvisionner, lance pessimiste : « C’est sûr que la situation va empirer, d’ici la Tabaski’’. Dans le secteur de l’habillement, tailleurs, et vendeurs de chaussures se frottent les mains. Le vieux baye Fall, tailleur qui a capitalisé plus de 50 ans d’expérience, raconte : « nous sommes des professionnels mais la conjoncture actuelle fait que c’est difficile de s’en sortir. Je rends grâce à DIEU car malgré mon âge avancé, 73 ans, j’arrive à m’en sortir». Un tour dans le célèbre ‘’Roukou Diskette’’(le coin des jeunes filles) où nous retrouvons  la coiffeuse Mamy DIALLO  qui se prononce sur ses activités de veille de fête : « Nous travaillons, mes sœurs et moi  jusque tard  dans la nuit et à  3 jours de la fête, nous passons la nuit dans l’atelier. Mais en retour, nous gagnons aussi de l’argent. Cette veille de fête est propice pour se faire des affaires. Je fabrique des perruques pour les femmes, nous faisons des tresses. Je m’en sors très bien, seulement les clientes attendent toujours les derniers jours pour se présenter». Du côté des vendeurs de chaussures, l’on ne se plaint pas non plus.

Un commerçant trouvé à ‘’Mbarou Dall’’ (hangar de chaussures) s’est prononcé en ces termes : « nous sommes les derniers à être visités par les clients. Nous avons des chaussures pour toutes les bourses qui nous viennent de  la Chine, de Dubaï, de l’Inde et d’ailleurs. Les prix varient entre  2000 Frs et 20.000 Frs Cfa.

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…