BBY THIES

HERNIE DISCALE : L’OPERATION s’impose quand la PARALYSIE menace

HERNIE DISCALE : L’OPERATION s’impose quand la PARALYSIE menace

[template id= »821″]

 

Efficace, mais non dénuée d’effets indésirables, l’intervention n’est envisagée que lorsque la hernie risque d’avoir des conséquences invalidantes. La hernie discale est la saillie d’un disque intervertébral dans le canal rachidien. Elle se situe souvent au niveau des dernières lombaires, comprimant le nerf sciatique ou le nerf crural, ce qui provoque une douleur dans la jambe (sciatique, cruralgie). Se faire opérer ou pas ? Douloureuse question lorsqu’on souffre  d’une hernie discale lombaire. L’intervention est souvent envisagée comme traitement de première intention, dès que les douleurs se font sentir.  Très efficace, elle consiste à lever directement la compression de la racine nerveuse par l’ablation de la hernie. La douleur est ainsi soulagée dès le lendemain et disparaît dans les jours qui suivent. Mais le geste opératoire n’est pas anodin et présente à long terme des effets indésirables, notamment un risque d’arthrose et d’instabilité vertébrale.

Néanmoins, lorsque celle-ci occasionne des fourmillements persistants ou une paralysie des membres inférieurs, l’opération s’impose. Dans certains cas, la compression des nerfs contrôlant l’anus et la vessie peut entraîner des problèmes d’incontinence. Cette situation peut laisser des séquelles irréversibles, ce qui rend l’intervention urgente. Reste le syndrome dit « de la queue de cheval ». Celle-ci est une sorte d’écheveau de racines nerveuses constituant la partie terminale de la moelle épinière. Elle innerve les membres inférieurs et les organes du bassin. Lorsqu’elle est comprimée, les membres et le périnée sont anesthésiés. Il convient alors d’opérer le plus rapidement possible, afin de diminuer au maximum les risques d’une paralysie définitive des membres inférieurs.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage