août 20, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Idy et les Thièssois: une longue histoire…

Idy et les Thièssois: une longue histoire…

Un tacite contrat semble lier Idrissa Seck aux thiessois de tous les âges et de toutes les conditions. Malgré les faux-bonds, chicanes et bouderies de son enfant chéri, Thiès reste fidèle à ses premières amours nées au printemps du wadisme. Nous avons décelé quelques mobiles valables pour résoudre la casuistique de cet attachement inaltérable, qui a fait de Thiès le castrum imprenable de Mara.

Mara, fils de Sokhna  Diop Assane

Par le truchement de sa célèbre et populaire mère, Idy est entré dans le cœur des foyers thiessois. Cette dame, talibée Cheikh, avait conquis l’estime et ses concitoyens par sa nature candide, son port amenant et convivial. Une cérémonie qui ne portait par la marque de sa présence était un échec. Aussi, son fils à qui elle a elle-même baptisé du nom de Mara (marabout) va jouir amplement de cet aura maternel.

Son ambition pour Thiès

Dans l’inconscient collectif des thiessois, Idrissa Seck a pris un risque politique énorme en bravant la président Abdoulaye Wade pour aménager la ville de Thiès. En outrepassant les directives budgétaires de mon mentor, Idy, pour la plus grande majorité de ses concitoyens, a mis sa carrière d’homme d’Etat en jeu au bénéfice de la cité du Rail. Aussi, la dette à payer est-elle énorme.

La fascination  du bling bling

Dans la période faste du libéralisme, Idy a incarné aux yeux des thiessois, à la fois le prince et Crésus. C’est à dire la puissance de promouvoir, de défaire et d’enrichir.  Cette fascination de la prospérité seigneuriale, dans les conditions d’une ascension sociale exceptionnelle, en a stupéfait plus d’un. Ce qui a fait dire à un Abdoulaye Wade inquiet de son « fils », que les thiessois vivent, plus que le reste du Sénégal, la dualité installée par Idrissa Seck.
Fantasme ou sublimation freudienne
Dire que les jeunes thiessoises « aiment » Idy ne procède pas de la catachrèse. L’édile de Thiès use de toutes les cartes de l’agir communicationnel pour plaire et séduire. Une gestuelle, des paroles et des couleurs qui semblent émerger d’un spectre transcendant. Ces jeunes filles vêtues d’orange, symbole de sagesse et déferlant dans les artères, semblent habitées par une psychose irrésistible.

Pourtant, en dépit de ces fortes relations, de ce liant quasi mystique qui l’a planté dans l’âme de Thiès, Idy fait tout pour perdre ses forces. Par des procédés suicidaires, il s’aliène petit à petit l’affection des thiessois. Idy a été un maire invisible déléguant tout à des personnes pas toujours nettes. Aujourd’hui il préside, en ne présidant pas, le Conseil départemental, toujours en parachutant ses camériers dans les positions où le suffrage universel l’a placé. Refusant en permanence d’assumer ses charges électives, Idrissa Seck inquiète autant qu’il fascine. Une posture complexe qui risque de dérouler à sens inverse le film de son odyssée avec Thiès.

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…