Il perd la VUE pendant la GUERRE d’Afghanistan et devient MILLIARDAIRE

Il perd la VUE pendant la GUERRE d’Afghanistan et devient MILLIARDAIRE

L’histoire de cet Afghan semble être ordinaire pour quelqu’un qui vit dans un pays déchiré par la guerre. Cependant, malgré son handicap, il a su rebondir et devenir millionnaire avec  son impressionnant parcours. Zafar ad-Din, âgé de 48 ans, a perdu la vue lors de la guerre d’Afghanistan lorsqu’un éclat de bombe a touché sa tête. Il gardait l’espoir de pouvoir voir de ses yeux cependant même un traitement en Iran ne l’a pas aidé.

Lorsqu’il est rentré chez lui après son séjour à l’hôpital, il était au chômage mais il n’a pas baissé les bras. Étant père de cinq (5) enfants, Zafar ad-Din n’avait pas le droit de se laisser abattre. Ainsi, il a décidé de lancer sa propre affaire et aujourd’hui, il est milliardaire ! Zafar vend des pièces de voitures et il avoue que ce travail le passionne. « Ce n’est pas difficile d’identifier les détails. Je le fais avec mes doigts. En ce moment, je vends des pièces pour les bus, les fourgonnettes, les voitures Ford, ainsi que celles qui proviennent du Japon », a expliqué M. ad-Din.

D’ailleurs, il ne travaille pas seul car son neveu, le fils de son frère, l’aide et organise la livraison de la marchandise. En plus, étant aveugle, l’homme d’affaire doit avoir des assistants qui vont compter minutieusement l’argent après les transactions. En général, les gens restent correctes avec lui et respectent son handicap mais Zafar a dû avouer qu’il lui arrivait aussi des situations opposées.

« Une fois, un client a acheté des pièces pour un tracteur. Quelques temps après, il m’a ramené la boite affirmant que je l’avais trompé. J’ai tâté les pièces et ressenti qu’elles étaient couvertes d’huile. Les pièces neuves que nous vendons ne le sont jamais. C’est ainsi que ses mauvaises intentions ont été dévoilées », relate M. ad-Din qui ajoute avec fierté que jusqu’à aujourd’hui, personne n’a réussi à l’arnaquer.

À part son affaire, l’Afghan passe son temps à la campagne où il élève du bétail. Parti de zéro et n’ayant pour seul capital que 1 300 euros, Zafar est maintenant connu sur le marché et possède aujourd’hui environ neuf (9) millions de roupies pakistanaises (80 000 euros). Ses clients ont beaucoup d’estime pour lui et soulignent qu’il ne suffit pas à M. ad-Din de toucher n’importe quelle pièce, pour que cet expert aveugle puisse la décrire et l’évaluer.

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…