octobre 21, 2017

BBY THIES

IMMOBILIER : Besoins et possibilités ENORMES en Afrique

IMMOBILIER : Besoins et possibilités ENORMES en Afrique

L’Afrique n’étant pas que ses grandes métropoles, les besoins ailleurs sont gigantesques, particulièrement en Afrique subsaharienne, notamment en termes de logement. Tour d’horizon des besoins immobiliers en Afrique.

Selon l’Onu-Habitat, l’Afrique est le continent avec la croissance urbaine annuelle la plus élevée au monde à environ 3%. Cette croissance urbaine a contribué à l’émergence et l’extension des bidonvilles dans les grandes agglomérations africaines. La population des bidonvilles est ainsi passée de 102 à 213 millions entre 1990 et 2012. Dans un article publié par Proparco et intitulé Mobiliser le secteur privé pour un meilleur accès au logement, Simon Walley, spécialiste du financement de l’habitat à la Banque mondiale, a estimé que la demande annuelle en nouveaux logements sur le continent africain est d’au moins 4 millions depuis 2012 et atteindra le seuil de 5 millions dès 2020.

Face à cette réalité, certains pays comme l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire ont opté pour la construction en masse des logements sociaux gratuits ou à bas prix en accordant les marchés au secteur privé. Ce qui représente un potentiel énorme car en théorie, la demande de logements est quasi-illimitée puisque ceux qui ont déjà un logement, en cherche un plus spacieux et plus confortable tandis que ceux qui n’en ont pas, souhaitent un nouveau. D’où les chiffres données par Oxford Economics dans son étude sur les perspectives du secteur de la construction qui révèlent qu’à l’horizon 2025, le marché mondial de la construction devrait croître de 70% pour passer de 8700 à 15 000 milliards de dollars. Et cela grâce à des pays tels que le Nigeria qui, avec ses 177 millions d’habitants, enregistre un déficit de près de 17 millions de logements, selon les estimations du gouvernement nigérian.

Par ailleurs, dans son édition 2013 « Spécial Finance », l’hebdomadaire Jeune Afrique, note : « Selon la Banque Africaine de développement (BAD), le Kenya aurait ainsi besoin de 206 000 nouveaux logements chaque année, contre environ 50 000 réellement construits. En tout, plus de 2 millions de demandes potentielles seraient non satisfaites dans ce pays qui, s’il est moins bien servi que l’Afrique du Sud ou le Maroc, n’est pas le plus mal loti sur le continent. »

Ainsi, le secteur immobilier en Afrique est naturellement devenu un secteur très porteur et plein d’avenir, boostant par la même occasion l’industrie du ciment qui connaît également une très forte demande. Les grands groupes de cimenterie à l’image de Lafarge (France) et Dangote Cement (Nigeria) sont déjà à pieds d’œuvre sur le continent. Du côté immobilier, ce sont des entreprises comme le leader marocain Addoha qui se déploie activement en Afrique subsaharienne. Le groupe est notoirement connu pour son programme de logements sociaux destinés aux ménages à faible revenu.

Mais ce secteur de l’immobilier, en plus de l’industrie de la construction et du ciment, présente également d’énormes possibilités et opportunités pour d’autres secteurs, à commencer par celui des matériaux de construction, des équipements ou des services. Des offres complémentaires qui sont devront accompagner l’Afrique dans sa marche vers l’émergence.

 

Source : Afrique Expansion

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.