août 18, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

INSALUBRITÉ, VAGABONDAGE… : Mbour et les plages de la honte

INSALUBRITÉ, VAGABONDAGE… : Mbour et les plages de la honte

La capitale de la Petite Côte est réputée être une destination touristique prisée. Mais, les plages de Mbour ne participent pas au rayonnement de cette activité. En effet, l’insalubrité, l’agression de l’environnement, absence d’animation, le vagabondage sont les tares les mieux partagées au niveau des plages.

 

Comme chaque week-end, la plage de Grand Mbour grouille de monde. On dirait que tout Mbour s’y est donné rendez-vous. La chaleur de plomb qui règne sur la capitale de la petite côte est pour beaucoup dans cette affluence. Les baigneurs, pour la plupart des jeunes, prétextent plusieurs raisons pour justifier leur présence dans ces lieux. Comme beaucoup de jeunes de son âge, Bineta Sow cherche son épanouissement dans le sable fin et la fraîcheur maritime. « Venir à la plage me procure beaucoup de bien. Une fois ici tous mes soucis s’évanouissent », confie-t-elle.

Toutefois, les plages de Mbour n’ont pas l’allure et la coquetterie de ces demoiselles. Celle de Grand Mbour fait partie de la lignée de ce triste lot. L’insalubrité de cette plage accueille le premier venu. Des tas d’immondices par ci, des sachets plastiques par là constituent le décor. Un spectacle désolant qui indispose les estivants. « Nous venons à cette plage parce que nous n’avons pas le choix. Ce spectacle n’est pas digne d’une ville touristique. Cette saleté, ces ordures, ces tas d’immondices n’ont pas leur place ici », se désole Assane Diop, venu avec sa famille pour profiter de la fraîcheur marine. Un sentiment partagé par de nombreux Mbourois qui fréquentent les plages.

Fallou qui tient une échoppe d’art sur place s’évertue à tenir propre la devanture de son lieu de commerce. « Dès lors que les autorités locales ne font rien pour tenir propre la plage, j’essaye avec me maigres moyens de nettoyer la partie où se trouve ma boutique. C’est le minimum que je puisse faire par respect pour mes clients », s’alarme ce jeune, qui arbore fièrement ses dreadlocks. Il n’a pas manqué d’inviter les autorités municipales et la Sapco à assurer le nettoyage et le ramassage continu des ordures sur cette plage.

À cette insalubrité s’ajoute une agression de l’environnement qui saute aux yeux du premier venu. En témoignent les algues, les poissons et autres déchets qui échouent sur la plage. Cette situation est déplorée par les touristes qui ont choisi Mbour comme destination pour leurs vacances. Sébastian, un quinquagénaire un amoureux du Soleil et un féru des belles plages, a du mal à savourer sa passion au regard de ce qu’il a trouvé sur les plages de Mbour. « Le Sénégal a beaucoup d’atouts en matière de tourisme. Sa stabilité, la chaleur de sa population et ses plages. Mais, les autorités gagneraient à mieux s’occuper des plages. Ce j’ai vu ici n’est pas de nature à m’inciter à revenir. Tous ces ordures et déchets à tout bout de champ constituent une agression flagrante de l’environnement », s’émeut ce touriste français.

 

Un nouveau refuge des malfrats

 

Aux côtés de cette insalubrité et cette agression de l’environnement, les vagabonds ne sont pas loin. En effet, il est fréquent de voir sur les lieux des personnes peu recommandables errer ou s’adonner à des pratiques peu orthodoxes. Leur présence ne rassure guère les personnes venues profiter du grand bleu. « C’est fréquent de voir des personnes suspectes roder au tour de nos affaires. D’autres s’adonnent à des pratiques prohibées au niveau de ces plages. En plus des agents de sécurité de proximité qui font des descentes, il faut que la gendarmerie fasse des opérations de sécurisation afin de dissuader des malfaiteurs qui veulent faire des plages leur refuge », recommande Abdoulaye Touré qui a choisi la plage pour ses exercices de sport.

Le mal touche aussi les plages de Golf, Tefess, HLM, entre autres quartiers de Mbour. Et les autorités locales sont fortement attendues pour juguler tous ces maux. « C’est vrai que les plages sont de façon générale mal entretenues. C’est un lieu dépotoir d’ordures. Les populations riveraines ont une perception erronée de la mer du fait qu’elles soutiennent que la mer c’est le lieu où l’on jette ce dont on n’a pas besoin. Le deuxième problème est que ces zones sont sablonneuses et difficiles d’accès. C’est pourquoi le dispositif de ramassage des ordures mis en place par la municipalité peine à aller dans ces lieux », indique Mangoné Mbaye, coordonnateur du bureau du développement local de Mbour.

La municipalité de Mbour en plus de signer un contrat avec un concessionnaire pour assurer le ramassage des ordures dans la commune, a initié des programmes avec des partenaires pour corriger ces impairs. Mais, en dépit de tout ce dispositif, les plages de Mbour sont toujours sales et laissent à désirer. Seule une politique de ramassage bien définie peut permettre de sortir de cette impasse. Les populations devraient, elles aussi, assumer leur citoyenneté en contribuant à l’amélioration de leur cadre de vie.

 

 

source mbourinfo

thiesinfohalf

1 Comment

  1. Barbaix jean

    triste et honte de voir cella oui sur place en 2013 ,et voir aussi la police le jour de mon retour pour la Belgique control tout est ok sauf transport non conforme ; je demande le motif du pv parce que nous sommes Blanc reponse de la police de M’bour et un coût de 5 euros OUI Belge et de plus pour nous des visites dans les écolles pour le Bien des enfants…

    Reply

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…