août 23, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

INSOLITE – FRANCE : Retour à la vie «NORMALE» avec un cœur ARTIFICIEL

INSOLITE – FRANCE : Retour à la vie «NORMALE» avec un cœur ARTIFICIEL
thies massage

[template id= »821″]

 

En France, le 5 août 2014, un homme reçoit un cœur artificiel, un organe complètement artificiel. Cinq mois plus tard, il est de retour chez lui près des siens et va bien, très bien même, selon le Pr Alain Carpentier, développeur de ce cœur biologique et définitif.  Le premier patient de 76 ans à avoir reçu le premier cœur Carmat (contraction du nom du Pr Carpentier et de la société Matra, société créée en 2008) est décédé 74 jours après son implantation. En ce qui concerne ce deuxième transplanté, qui comptait ses jours de sursis, il vit aujourd’hui quasiment normalement. Il fait du vélo d’appartement et peut sortir de son domicile sans aucune crainte ni contrainte hormis l’appareillage portable qui alimente son cœur artificiel. Un appareil de 3 kilos comprenant une batterie et un boitier de contrôle, pourvu d’un système d’alerte.

Le cardiologue responsable de cette renaissance s’étonne même des capacités de son deuxième patient. Les conditions de l’implantation du cœur artificiel ont semble-t-il été réunies pour offrir de meilleures perspectives au patient. Ce dernier est plus jeune, il a 68 ans, le stade de sa maladie est moins avancé (même si, comme pour le premier patient décédé, le recours à la greffe classique était impossible), mais il a également un meilleur état de santé générale.

Perspectives aussi dans la recherche

Ainsi, les chercheurs ont apporté des ajustements à l’organe artificiel pour cette seconde tentative. Mais il aura fallu tout de même plusieurs mois de suivi au convalescent avant de sortir de l’hôpital en complète autonomie. L’appareil relié au coeur implanté par un simple fil a demandé un long réglage afin de l’adapter minutieusement aux besoins quotidiens du greffé. A l’avenir, le délai de convalescence à hôpital après l’intervention devrait être réduit à un mois, selon le père de la prothèse Carmat.

 Il s’agit donc d’un pas important, puisqu’avec un recul de plus de six mois et un retour à la vie normale pour le patient, les cardiologues et les ingénieurs qui ont réalisé cette bioprothèse, capable de gérer le débit sanguin du malade en fonction de son activité, valident un concept imaginé par le Pr Alain Carpentier. Ce dernier a déposé son premier brevet de cœur artificiel en 1988.

Chaque année, 100 000 nouveaux cas sont recensés alors que seuls 4 000 greffons sont disponibles. Après les progrès réalisés grâce à cette prouesse médicale, le rythme des interventions devrait s’accélérer. Une vingtaine de candidats est prête pour une prochaine opération de ce genre, en France, mais aussi en Europe.

 

Source : RFI

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…