août 21, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Faits divers, insolite: La police, le voleur et le gardien dormeur…

Faits divers, insolite: La police, le voleur et le gardien dormeur…

La police réveille le gardien du poulailler pour l’informer

Froid, quand tu nous tiens ! La cité du rail subit ces jours-ci, un froid de canard qui fait que pendant la nuit, pas un chat ne circule. Et le gardien d’un poulailler situé à Hersent n’y a pas échappé, lui qui dormait à poings fermés au moment on un quidam lui volait les poulets qu’il devait surveiller. Heureusement que les policiers du commissaire Sène ont mis la main sur le délinquant, avant de le réveiller en lui versant de l’eau sur la figure.

Le nommé I. Faye a failli être un voleur chanceux, n’eut été la promptitude des policiers de Nguinth. En effet, dans la nuit du deux au trois février, il s’est introduit nuitamment dans le poulailler, où il égorgea 25 sujets avant de penser à en prendre d’autres. Avec les gloussements des poulets, une patrouille de police qui passait fut obligée de sauter par-dessus la clôture et tomba sur les faits. Surpris, le voleur I. Faye, n’eut pas le temps de prendre ses jambes à son cou. Pendant tout ce temps qu’a duré l’opération, le gardien chargé de veiller sur les biens de la tierce personne qui l’a embauché, dormait à poings fermés, ou comme on dit, comme un loire.

Le plus drôle dans cette affaire, est qu’ayant vérifié à l’intérieur du poulailler, les hommes du commissaire Sène virent une lumière filtrer derrière une porte. Ils l’ouvrirent et eurent la plus grande surprise de leur vie. Tenez-vous bien. Le corps allongé et bien recouvert qu’ils virent, n’est autre que le gardien des lieux qui ronflait à bloc. Le réveiller était un parcours du combattant, tellement qu’avec le froid, le bonhomme n’entendait plus rien autour de lui.

Alors, les limiers lui versèrent une bouilloire remplie d’eau pour que l’individu se frotta les yeux pour être informé de ce qui s’était passé lorsqu’il était dans les bras de « Morphée ». Les hommes du commissaire Sène conduisirent le délinquant (pour le délit de vol avec effraction) et le gardien au poste de police, avant d’alerter le propriétaire du poulailler. Arrivé illico-presto sur les lieux, son premier réflexe en direction de son ex-gardien a été : « Yow, dakh nala » (toi, je te mets à la porte).

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…