septembre 21, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

INSOLITE – LE PRINCE ALWALEED BIN TALAl : « Le cours du pétrole ne reviendra JAMAIS au niveau de 100 dollars le baril »

INSOLITE – LE PRINCE  ALWALEED BIN TALAl : « Le cours du pétrole ne reviendra JAMAIS au niveau de 100 dollars le baril »

[template id= »821″]

 

Le cours du pétrole ne reviendra jamais au niveau de 100 dollars le baril, a affirmé l’homme d’affaires saoudien, le prince Alwaleed bin Talal,surnommé « le Warren Buffett du Moyen Orient »« Un cours du pétrole au dessus de 100 dollars est artificiel. Il n’est pas correct », a-t-il estimé au cours d’une interview donnée à USA Today. « L’Arabie saoudite a été, comme les autres producteurs de pétrole, totalement prise au dépourvu», a dit Alwaleed bin Talal. « Personne n’aurait pensé que cela se produirait. Toute personne qui prétend avoir prévu la baisse de 50% ne dit pas la vérité ».

Le prince a attribué la chute des cours à l’excès de l’offre et à la demande faible de pétrole : « L’Irak produit beaucoup en ce moment. Même en Libye, où il y a une guerre civile, on produit toujours. Les Etats-Unis produisent désormais du gaz et du pétrole de schiste. Donc, il y a un excès d’offre sur le marché. Mais la demande est également faible. Nous savons tous que la croissance tourne autour de 0% au Japon. La Chine a dit que sa croissance était de 6 ou 7%. La croissance de l’Inde a été réduite de moitié. L’Allemagne a fait savoir il y a seulement deux mois qu’elle revoyait ses prévisions de croissance de 2% à 1%. Il y a moins de demande, et il y a un excès d’offre. Et ces deux choses sont susceptibles de provoquer un effondrement des cours de pétrole. Et c’est ce qui s’est passé, pas la peine d’y réfléchir ».

Il a également jugé que la décision de réduire la production n’aurait pas été une bonne tactique pour  l’Arabie saoudite, car les autres pays, membres de l’OPEP ou non, n’auraient pas joué le jeu, et qu’ils auraient compensé les quantités de pétrole manquantes sur le marché. Alwaleed bin Talal croit que la seule solution aurait été d’obtenir un consensus auprès de tous les producteurs, y compris de pays tels que la Russie ou l’Iran, mais que cette condition est impossible à réaliser. Il pense que ce sont les producteurs américains qui devraient le plus souffrir de cette situation. « Personne ne sait vraiment quel cours constitue le point mort pour le pétrole de schiste. Les puits ont des coûts de production plus élevés. Et évidemment, ils devront cesser leur exploitation, ou au moins, ils ne pourront plus assurer une rentabilité».

« Bien que l’Arabie Saoudite et les autres pays de l’OPEP n’ont pas manigancé la chute des cours de pétrole, il y a un effet positif, c’est qu’à un certain cours, nous allons voir combien de sociétés qui exploitent du gaz de schiste cesseront leurs activités. Donc, bien que nous ayons été pris au dépourvu, nous capitalisons là-dessus, et nous devrons vivre temporairement avec un cours à 50 dollars, pour voir quelle sera l’offre qui subsistera, parce que le développement de beaucoup de nouveaux projets ne sera plus rentable ». Enfin, le prince a démenti les allégations selon lesquelles l’Arabie saoudite et les Etats-Unis se seraient entendus pour maintenir des cours à un faible niveau pour sanctionner la Russie pour son implication dans la crise ukrainienne.

 

Source : express.be

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage