août 19, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

LA CONSTIPATION : La sensation de MALAISE, voire de DOULEUR, est le meilleur SIGNE d’une constipation

LA CONSTIPATION  :  La sensation de MALAISE, voire de DOULEUR, est le meilleur SIGNE d’une constipation

Désagréable, la constipation est le plus souvent anodine. La constipation est due à un ralentissement du transit intestinal accompagné d’une déshydratation des selles. On considère en général qu’un individu est constipé s’il fait moins de trois (3) selles par semaine. Ce chiffre ne doit toutefois pas être pris au pied de la lettre car il existe une grande variabilité d’un individu à l’autre. La sensation de malaise, voire de douleur, est le meilleur signe d’une constipation.

Il s’agit de troubles de la progression ou de l’évacuation, l’un pouvant entraîner l’autre. Les causes sont diverses mais généralement liées à une modification du quotidien (stress, voyage…), au fait de se retenir d’aller à la selle, à la prise de médicaments (antidépresseurs, anti-douleurs…), ou encore, chez la femme, à des modifications hormonales. Enfin, certaines formes graves peuvent également être causées par des excroissances ou des rétrécissements du côlon. Dans la moitié des cas, la constipation pourrait être due à des mauvaises habitudes alimentaires :

LES MANIFESTATIONS DE LA CONSTIPATION PEUVENT ÊTRE LES SUIVANTES  :

1 – Un inconfort au niveau du ventre,

2 – Des difficultés, voire des douleurs, lors de l’expulsion des selles,

3 Parfois des crampes et des ballonnements.

Si les symptômes persistent au-delà de trois (3) semaines, il est recommandé de consulter un médecin. Manger des légumes verts, boire de l’eau, faire de l’exercice et, si nécessaire, prendre un laxatif sont de bons réflexes. Si la constipation s’accompagne de sang dans les selles, de vomissements, de fortes douleurs, de fièvre, d’une alternance avec des diarrhées ou encore d’une perte de poids, une consultation médicale s’impose.

La constipation chronique est souvent due à de mauvaises habitudes alimentaires et/ou un mode de vie trop sédentaires. Pour l’éviter, il faut se rendre régulièrement aux toilettes, manger des légumes verts et des aliments riches en fibres, éviter les aliments trop gras ou sucrés, le café, le thé, les boissons gazeuses, boire entre 1 et 2 litres d’eau par jour et faire de l’exercice.

Le premier des traitements est de prendre son temps aux toilettes, au moins dix (10) minutes par jour, et de laisser le sphincter se relâcher tranquillement, sans forcer. De façon occasionnelle, il est aussi possible d’utiliser des laxatifs. Ceux-ci sont de plusieurs types mais seuls les deux premiers cités ci-dessous sont dénués de toxicité et donc recommandés :

1 – Les laxatifs osmotiques qui ramollissent les selles par appel d’eau dans l’intestin (délai d’action : 1 à 2 jours),

2 – Les laxatifs de lest qui augmentent de volume en présence d’eau et modifie la consistance des selles (délai d’action : 1 à 3 jours),

3 – Les laxatifs lubrifiants qui lubrifient et ramollissent le contenu de l’intestin (délai d’action : 6 à 72 heures),

4 – Les laxatifs par voie rectale qui déclenchent le réflexe de défécation (délai d’action : 5 à 60 minutes),

5 – Les laxatifs stimulant qui favorisent le fonctionnement de l’intestin et la sécrétion d’eau (délai d’action : 6 heures).

Pour les formes les plus courantes, il n’y a pas de conséquences si ce n’est un risque supplémentaire de crise hémorroïdaire.

 

CONSTTI 01

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…