septembre 21, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

LE SAVIEZ-VOUS – DES CHINOIS MODIFIENT LE GÉNOME D’EMBRYONS HUMAINS : AVANCÉE ou CATASTROPHE ?

LE SAVIEZ-VOUS – DES CHINOIS MODIFIENT LE GÉNOME D’EMBRYONS HUMAINS  : AVANCÉE ou CATASTROPHE ?

[template id= »821″][template id= »821″]

 

Il s’agit d’une première mondiale : des chercheurs chinois ont procédé à des modifications génétiques d’embryons humains. Sur des embryons non viables, ils sont parvenus à remplacer un « mauvais » code génétique responsable d’une maladie par un « bon« . Avancée scientifique majeure pour les uns, catastrophe pour les autres, à peine l’annonce de cette intrusion dans le code du vivant connue, le débat s’enflamme autour des questions éthiques.

La technique est pourtant loin d’être aboutie et l’affolement n’est pas de mise. Les résultats de l’équipe de Junjiu Huang, généticien à l’université Sun Yat-sen, révèlent des obstacles sérieux avant l’utilisation de cette méthode à des fins médicales. Moins d’un tiers des embryons manipulés ont eu un résultat positif et des mutations anormales sont apparues. Les recherches vont se poursuivre et la polémique ne va pas se clore de sitôt.

 QUEL MÉCANISME ?

 Cette technique qui révolutionne la génétique est connue depuis 2012. L’américaine Jennifer Doudna et la française Emmanuelle Charpentier avaient alors conçu CRISPR-Cas9, un système qui permet des modifications dans l’ADN, créant des êtres vivants génétiquement modifiés. Dès ce moment, le CRISPR-Cas9 a provoqué autant d’espoirs que d’inquiétudes. La question était de savoir quand des applications sur l’embryon humain commenceraient. C’est désormais chose faite.

 DES BÉBÉS  « PARFAITS » ?

 Dans la communauté scientifique, des chercheurs redoutent une modification génétique qui serait transmise à la génération suivante. La possibilité d’altérer le génome d’une personne est une chose, celle de faire des modifications transmises aux enfants en est une autre. Le risque serait que s’organise une fabrique de bébés « parfaits« , avec la tentation d’un eugénisme à grande échelle.

 UNE ARME FACE AUX MALADIES GENETIQUES  ?

 Les recherches menées par Junjiu Huang redonnent de l’espoir d’en finir avec des maladies génétiques comme la mucoviscidose. Avec cette méthode, les scientifiques pourraient désactiver une maladie génétique tout simplement en « éteignant » le gène impliqué.

 ET EN EUROPE ?

Au sein de l’Union européenne, la convention d’Oviedo précise qu' »une intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise (…) seulement si elle n’a pas pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance ». Les Etats-Unis encadrent eux aussi ces recherches. La Chine vient de prouver que d’autres réglementations sont beaucoup plus souples sur ces questions.

 FAUT-IL UN MORATOIRE ?

 Organisateurs de la conférence de 1975 qui avait posé les limites à la recherche sur l’altération de l’ADN des organismes vivants,  ont récemment signé avec 16 autres chercheurs dans une  revue  dans laquelle ils découragent fortement toute tentative de modifier le génome pour une application clinique sur les humains, tant que les conséquences sociétales, environnementales et éthiques de telles pratiques n’auront pas été débattues parmi les scientifiques et les organisations gouvernementales. Ils souhaitent donc la mise en place d’un moratoire sur les applications cliniques de ces recherches sur l’homme.

 

Source : AFP

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage