BBY THIES

L’ENCENS : N’est-il pas CANCÉRIGÈNE  ?

L’ENCENS : N’est-il pas CANCÉRIGÈNE  ?

C’est pendant les périodes de grands froids que l’on consomme le plus d’encens au Sénégal. L’encens et les braises sont utilisés soit pour atténuer le froid soit comme aphrodisiaque d’hiver ayant la réputation d’être, par excellence, la saison des amours, dans tous les cas de figure, il y a matière à réflexion pour les décideurs et, surtout pour tous ceux qui s’occupent d’éducation pour la santé. Il y a de cela quelques années de cela, un des brillants professeurs du Chu Aristide Le Dantec formulait une hypothèse qu’on pourrait résumer ainsi dans une formule ramassée sous forme de questions : l’encens n’est-il pas cancérigène ?

Cette question avait été négligée pour les considérations que l’on peut imaginer aisément. L’encens est tellement ancré dans nos traditions qu’une pareille question ne pouvait paraître aux yeux de beaucoup de compatriotes que comme provocatrice. Pourtant cette question pertinente est toujours, au propre comme au figuré, d’une brûlante actualité. Pourquoi ? Chaque année, des femmes sénégalaises ont de plus en plus un cancer du poumon. Pourtant la plupart d’entre elles :

1 – Ne fument pas du tabac ;

2 – Ne sont pas des fumeuses passives ;

3 – Vivent dans un environnement où personne ne fume ;

4 – Celles qui sont employées ou des fonctionnaires travaillent dans des endroits sains, aérés ;

Alors qu’est-ce qui donne le cancer du poumon à d’innocentes et presque toutes de jolies dames ? L’interrogation est de plus angoissée et des plus légitime. C’est plus que notoriété publique et il faut oser dire, l’encens ne saurait être  un produit banal, un produit inoffensif. L’encens, on le fabrique avec des racines, des tiges, des fleurs et avec certaines roches auxquelles on ajoute divers parfums.

Après une longue fermentation, de pareils produits mis sur le feu dans des endroits le plus souvent hermétiquement clos, ne peuvent être toxiques. Il n’y aura jamais de combustion et d’inhalation de fumée sans danger. Les femmes étant les plus grandes et plus fidèles utilisatrices de ces véritables cocktails dignes des alchimistes ne devraient-elles pas êtres protégées ou au moins sérieusement informées ? Comme indiqué ci-dessus, l’hypothèse formulée il y a de cela des années par un professeur du Chu de Dakar est pertinente et actuelle. D’ailleurs cette hypothèse pourrait bien être un passionnant sujet de thèse de doctorat d’Etat en médecine à l’Ucad.

Tout le monde garde en mémoire la longue controverse qu’avait suscitée l’hypothèse selon laquelle l’amiante utilisée pour la fabrication des tôles est cancérigène. Au final, la communauté médicale, unanime, a reconnu la nature hautement toxique, la grande dangerosité et la létalité de l’amiante. On peut rappeler les pérégrinations (jusqu’en Inde) du porte-aéronefs français retiré du service actif et dont personne ne voulut car il contient de l’amiante. Il s’agit du Clemenceau qui avait mobilisé Greenpeace, des alter mondialistes, des médecins et chercheurs, des médecins spécialisés ou non.

L’encens qu’on utilise à profusion est de fabrication locale ou vient d’Asie, en particulier d’Inde. L’origine importe peu, ce qu’il faudrait c’est mesurer les danger qu’il représente car, c’est une œuvre majeure de santé publique.

thiesinfo Santé

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage