L’ENTREPRENEURIAT EN AFRIQUE : Un lourd DEFICIT d’image

L’ENTREPRENEURIAT EN AFRIQUE : Un lourd DEFICIT d’image

Les entreprises africaines sérieuses affichent de très belles performances mais demeurent largement méconnues à l’international. Une récente étude auprès des journalistes de la presse économique mondiale explique qu’elles ont une image et une notoriété brouillées.

Le pole Middle East & Africa de l’Agence Rumeur publique a approché une quarantaine de journalistes au mois de mai dernier et les résultats de leur enquête sont sans équivoque.

Des nombreux critères de perception des entreprises africaines les plus significatifs concernent leur influence. Ainsi, cette dernière n’est que régionale pour 60% des sondés, continentale pour 35% et mondiale pour 5%.

Plus dur encore comme avis, 54% des journalistes sondés croient que ces mêmes entreprises africaines sont peu impliquées dans le développement économique et sociétal de l’Afrique. Par contre, 35% leur reconnaissent une implication et 15% beaucoup d’implication.

Pour savoir comment ces relais de l’information économique mondiale connaissent les entreprises africaines, 55% ont dit par la publicité, 21% par de la recherche personnelle, 9% par le sponsoring événementiel, 8% par des communiqués et 7% par d’autres moyens.

Le sondage a également cherché à savoir comment les journalistes connaissent les entreprises africaines. Les résultats sont les suivants : 55% par publicité, 21% par les recherches personnelles, 9% par le sponsoring évènementiel, 8 % par la réception de communiqué et 7 % par divers outils. Pourtant, aucun journaliste interrogé n’a été capable de donner le positionnement d’une des sociétés figurant dans le top 15 des plus connues.

Tout ceci veut certainement dire que de manière consciente ou non, les entreprises africaines dans leur ensemble, participent de leur propre effacement. Et si on peut noter, dans la citation spontanée de compagnies dont ils se souviennent, une majorité d’entreprises du transport aérien et des télécommunications, cela peut se justifier. Les Royal Air Maroc et autres MTN du continent se donnent généralement les moyens de leur expansion. À savoir une coordination, voire une adéquation parfaite entre marketing et communication. L’image d’une entreprise, positive ou pas, découle de ce que l’on veut bien afficher ou faire circuler.

Dans un univers impitoyable que la mondialisation du 21e siècle a décuplé, l’originalité, la qualité et la fiabilité des produits ne suffisent pas à avoir un nom. Une obscure PME agricole américaine peut avoir plus de visibilité qu’un honnête groupe africain par la seule différence et la puissance de sa communication. Il ne suffit pas non plus de compter sur les avis mielleux de ses clients pour s’assurer d’être mondialement référencé. Les entrepreneurs africains doivent non seulement attaquer les plateformes commerciales internationales, mais également cibler de façon systématique les communicants et les décideurs influents.

Des dispositions à confier à des agences spécialisées ayant pignon sur rue ou alors à des unités internes de choc qui seront amenées à être rompues à l’exercice. Impératif catégorique, car la communication d’entreprise ne s’improvise pas.

 

Source : Afrique Expansion

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…