août 16, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

LES HÉMORROÏDES : Comment APAISER la douleur

LES HÉMORROÏDES  :  Comment APAISER la douleur

L’hémorroïde est une maladie qui reste toujours taboue. Probablement en raison de sa localisation. Pourtant, elle est fréquente et bénigne. Les crises de l’hémorroïde sont toujours très douloureuse. Des brûlures, des saignements, des démangeaisons, une sensation de corps étranger ou de pesanteur dans l’anus…la maladie hémorroïdaire peut se manifester de différentes façons.

Composées de veines et d’artères, les hémorroïdes forment des petites réservoirs vasculaires qui ressemblent à des grappes de raisin. Lors de l’effort de poussée provoqué par l’émission des selles ou l’accouchement, il n’est pas rare qu’une ou plusieurs de ces grappes s’extériorisent sous l’anus. Dans ce cas, les médecins parlent de pro-lapsus (descente)

Il est très difficile de donner une seule définition des hémorroïdes parce que, sous ce terme, les personnes ne parlent pas toujours de la même chose. L’hémorroïde est une maladie très répandue chez les tailleurs, chauffeurs et ceux qui ont l’habitude de s’asseoir de longues heures durant la journée. Seulement, les personnes qui en sont atteintes ne sont pas toujours conscientes ou ignorent les symptômes qu’elles rencontrent sont liés à cette maladie.

Si la maladie hémorroïdaire n’entraîne rien de grave pour la santé, elle peut toutefois entraîner une gêne importante et doit être traitée. Les hémorroïdes proviennent d’une dilatation anormale des veines au niveau de l’anus et du rectum. Ce sont des affections bénignes mais souvent douloureuses et gênantes.

LA FORMATION DES HÉMORROÏDES

Des douleurs vives sont ressenties, notamment dans le cas de thrombose, c’est-à-dire lorsqu’un caillot de sang se forme dans les hémorroïdes externes (sous la peau de l’anus). La pathologie déclenche parfois des démangeaisons et souvent des hémorragies lors de la défécation. Quand les hémorroïdes internes (à l’intérieur de l’anus) ressortent de l’orifice anal, on parle de prolapsus. Cela provoque gêne, suintements et brûlures anales. Enfin, la maladie hémorroïdaire peut également générer des envies d’aller à la selle sans résultat.

Certains des symptômes peuvent avoir une origine plus grave. Des saignements au moment des selles peuvent aussi être révélateurs d’un cancer colo-rectal. De ce fait, il est souvent prescrit une exploration colorectale de dépistage lors d’une consultation pour une maladie hémorroïdaire.

Les causes de la maladie ne sont que partiellement connues. Néanmoins, différents facteurs déclenchant ont été mis en avant :

1 –  Des troubles du transit intestinal;

2 –  Un travail assis prolongé;

3 –  Une alimentation épicée;

4 – Une consommation importante de café, d’alcool, le surpoids, l’hérédité…

LA MALADIE HÉMORROÏDAIRE ET LA GROSSESSE

Un des facteurs de risque les mieux identifiés est la grossesse. Et plus précisément le troisième trimestre, durant lequel l’utérus, de taille importante, comprime les veines de l’abdomen. Aucune conséquence n’est à craindre pour le bébé. En revanche, il ne faut prendre aucun médicament sans avis médical. A noter que l’accouchement et le post-partum (période entre l’accouchement et le retour des règles) sont aussi propices à l’apparition de la maladie hémorroïdaire.

Les traitements varient selon le type et la sévérité de la maladie hémorroïdaire. L’arsenal comporte des médicaments, des traitements instrumentaux et des actes chirurgicaux. En matière médicamenteuse, il y a les antalgiques pour lutter contre la douleur, les laxatifs pour lutter contre la constipation (une cause de la maladie), les veinotoniques qui limitent la dilatation des vaisseaux sanguins et les topiques locaux qui s’appliquent directement sur les hémorroïdes afin de réduire l’inflammation (ils comportent parfois un anesthésique local associé).

Des traitements instrumentaux existent (injections sclérosantes, photo-coagulation par infrarouge, ligatures élastiques, cryothérapie, coagulation mono et bipolaire). Dans les stades les plus avancés de la maladie, il y a des recours chirurgicaux. Trois (3) techniques sont disponibles :

1 – L’hémorroïdectomie;

2 –  Les ligatures multiples par guidage doppler;

3 –  L’hémorroïdopexie

LES CONSEILS EN CAS D’HÉMORROÏDES

1 – Adoptez une alimentation riche en fibres à base de légumes ou fruits secs. Ceci pour limiter la constipation (cette affection favorise les hémorroïdes).

2 – Evitez de manger des plats épicées

3 – Faire de l’exercice ou du sport régulièrement, cela favorise le transit abdominal et diminue la constipation (source d’hémorroïdes).

4 – Dès qu’on ressent l’envie d’aller à selle, y aller, ne pas se retenir.

5 – Avoir une hygiène anale régulière après chaque selle.

6 – Boire suffisamment d’eau (1.5 à 2.l), cela prévient également de la constipation

7 – Évitez une prise trop prolongée de laxatifs très puissants. En effet en cas de constipation, privilégiez si possible des laxatifs non irritants ou des mesures diététiques (boire et manger des fibres principalement).

8 – Évitez les produits chimiques. L’application de la glace dans la région peut aider à réduire l’enflure et un bain chaud peut la douleur

9 – Évitez de soulever des objets lourds qui mettent la pression sur l’hémorroïde

10 – Dormir sur le ventre ou sur le côté peut contribuer à réduire l’enflure, et essayez de ne pas rester assis pendant une longue période.

thiesinfo.com Santé

 

 

Hemorroides

thiesinfohalf

1 Comment

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…