août 17, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Les Khalifes généraux des confréries annoncés à la marche

Les Khalifes généraux des confréries annoncés à la marche

[template id= »821″]

Le grand rassemblement prévu le 24 janvier à la Place de l’Obélisque risque de drainer du monde, au moment où la polémique enfle sur la présence du chef de l’Etat à Paris. Beaucoup de voix s’élèvent aujourd’hui pour exiger des excuses du Président Macky Sall.

La polémique «Charlie Hebdo» poursuit le Président Macky Sall jusque dans ses derniers retranchements. Et cela risque de continuer jusqu’au 24 janvier, date retenue pour la marche des Anti-Charlie au Sénégal. Hier, au cours de l’émission «Grand Jury», Abdoulaye Makhtar Diop, chef de la collectivité léboue, en a rajouté une couche, expliquant que Macky Sall doit présenter ses excuses aux Sénégalais et participer à la marche Anti-Charlie pour dégonfler l’énorme bulle de polémique qui enfle et enfle encore. Pendant ce temps, la Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (Pladh) multiplie les rencontres en vue de brasser large à l’occasion de cette marche. L’organisation non gouvernementale islamique Jamra, l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, Mban Gacce, ont confirmé leur présence. Mais là où le pari de la mobilisation risque de gagner à l’applaudimètre, c’est au niveau de l’invite faite aux Khalifes généraux de toutes les confréries du pays : Touba, Tivaouane, Ndiassane, Kaolack, Layènes de Yoff, Famille Omarienne auraient donné leur accord pour participer au grand rassemblement du samedi 24 janvier à la Place de l’Obélisque.

Cette date surnommée de l’Anti-Charlie est une manière de faire un pied de nez aux 6 chefs d’Etat africains qui ont été à Paris pour marquer leur solidarité à la France. Une marche à laquelle le Président Macky Sall avait pris part. Les marcheurs de vendredi à Dakar, l’animateur religieux de Sud Fm, Aliou Sall, le Président-directeur général de Walfadjri, Sidy Lamine Niass, ont tous exigé des excuses du Président Macky Sall… Sans succès. Hier dimanche, les Musulmans de Rufisque ont manifesté, à leur tour, leur courroux face aux nouvelles caricatures du Prophète (PSL) publiées dans l’édition des survivants de l’hebdomadaire satirique français. Au cours de cette marche, le chef de l’Etat en a encore pris pour son grade. «Nous demandons au chef de l’Etat Macky Sall de s’excuser pour sa participation à la marche de Charlie Hebdo en France», déplore Mouhamed Kébé, président du Rassemblement Islamique du Sénégal (Voir par ailleurs). Même fermeté dans la condamnation chez la famille Omarienne de Louga où le fils aîné du Khalife, Thierno Cheikhou Oumar Tall, a mis les pieds dans le plat. «En s’attaquant à Mouhamed, ces caricatures ont touché tous les Musulmans. Ils doivent arrêter. Trop c’est trop !» Tempête-t-il.

Au moment où la polémique enfle pourtant et gagne les chaumières lointaines et les cités religieuses du pays, le Président sénégalais avait expliqué au Burkina Faso les raisons de sa présence tant remarquée, le dimanche 11 janvier, à Paris. «A travers cette présence, j’ai voulu indiquer que le Sénégal s’alignait face à ces méthodes barbares, intolérantes et inacceptables. Je voulais aussi apporter notre solidarité au Gouvernement et au peuple français qui a été très solidaire à l’Afrique. Rappelons-nous de ce qui s’est passé au Mali en 2013, n’eût été l’intervention du Président Hollande, de la force Serval (devenu depuis Barkhane, Ndlr), je pense que la sous-région aurait connu d’autres difficultés. Donc, c’est cela le sens de ma présence», justifiait Macky Sall et c’est comme si ces justifications n’ont pas convaincu grand monde. Ou presque.

 

 

source l’obs

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…