« LES RÉCOLTES SERONT ASSEZ MOYENNES DANS CERTAINES ZONES »

« LES RÉCOLTES SERONT ASSEZ MOYENNES DANS CERTAINES ZONES »

BABA NGOM, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CNCR

L’hivernage 2014 s’est installé de manière tardive sur l’essentiel du territoire national, pouvez-vous nous faire le point sur la situation actuelle ? 

Le CNCR, depuis le début du mois d’août, a réuni son conseil d’administration après avoir constaté que les pluies ont tardé à tomber dans certaines localités. Par contre, il y a des endroits où l’hivernage est arrivé de façon plus ou moins précoce et cette précocité a été suivie d’un arrêt long des pluies ; ce qui a plus ou moins compromis beaucoup de plantes. Il y a des zones où l’hivernage est arrivé au moment adéquat mais également avec des arrêts intempestifs de pluies. Mais, il y a également des zones où l’hivernage est arrivé avec un retard formidable notamment dans le centre ouest du pays. Ce sont ces situations qui ont eu lieu au cours de cette campagne qui se déroule. Après l’arrivée des pluies, plus ou moins régulière, il y a là où les plantes n’étaient pas complètement mortes. Une reprise s’en est suivie et aujourd’hui, cette reprise a permis à certains de commencer à récolter. Il y a aussi des zones, comme en Casamance où l’hivernage a commencé tard et à un moment donné, il a beaucoup plu et les grosses pluies ont tué certaines plantes. Il faut dire qu’il y a des zones où la situation est acceptable et des zones où elle est difficile ; et même il y a des endroits qui ont un déficit formidable en pluviométrie comme la zone de la région de Thiès. Ce qui fait que les gens ont peu d’espoir de récoltes. Tout cela a fait l’objet d’un rapport que nous avons remis au gouvernement. 

Dans ces situations, est-ce qu’on peut s’attendre à de bonnes récoltes ? 

Des récoltes assez moyennes peut-être. Il y a des zones où il y aura de bonnes récoltes, mais dans certains lieux, on aura des récoltes assez moyennes. Cet hivernage présente plusieurs facettes et si les pluies continuaient durant tout le mois d’octobre, il y aurait beaucoup plus d’espoir. Mais, pour ce qui concerne la région de Thiès, les dernières pluies datent de la veille de la Tabaski. Jusqu’à présent, on n’a plus vu de pluies et ça peut avoir des résultats néfastes dans certaines zones. On tend les mains au Ciel pour qu’il continue de pleuvoir mais nous demandons également à l’Etat d’analyser la situation au terme de la campagne pour voir s’il y a des mesures idoines à prendre, en termes de constitution d’un capital semencier, pour que les gens puissent trouver la semence de qualité avant la prochaine saison des pluies. 

Quelles sont les attentes du CNCR par rapport à la prochaine campagne de commercialisation de l’arachide ? 

Tout ce que nous souhaitons, c’est qu’on puisse prendre toutes les dispositions pour bien organiser la campagne de commercialisation. Surtout qu’on annonce l’arrivée sur le marché des Chinois. Il faut encadrer, organiser, parce qu’il ne faudrait pas vouloir vendre au point de tout vendre et de tendre la main à l’Etat pour dire qu’il nous faut des semences. Il faut économiser la ressource semencière pour que les gens puissent entamer la campagne prochaine dans de bonnes conditions.

 seneplus
Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…