octobre 17, 2017

L’IMAGE DES FEMMES EN GUERRE : Les partisanes des FARC

L’IMAGE DES FEMMES EN GUERRE : Les partisanes des FARC

La Colombie est un pays conservateur où règne l’idée de la supériorité des hommes. Pourtant, il existe un bel exemple d’émancipation des femmes colombiennes: les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Le journaliste ukrainien indépendant Oleg Yasinski, qui a vécu au Chili et visité un des camps des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), a présenté des détails sur l’organisation de ces troupes de milice populaire, dont 40% de la population sont des femmes et où règne l’égalité entre les deux (2) sexes.

En outre, les partisans parlent aujourd’hui de la nécessité d’instaurer le respect et de l’inadmissibilité du sexisme. « Pourtant, il serait naïf de dire que le « machisme » a complètement disparu au sein des FARC. Mais il est beaucoup moins présent chez eux que chez les civils des campagnes colombiennes. » Les relations entre les hommes et les femmes sont libres, chacun peut choisir un partenaire, de vivre avec quelqu’un ou de le quitter. « Pourtant, la morale révolutionnaire que respectent les partisans cultive le côté romantique et ne salue pas le libertinage sexuel et l’hédonisme, » souligne Yasinski. Selon les journalistes, l’organisation partisane des FARC est une alternative pour les jeunes filles et les femmes colombiennes, qui y voient aussi un moyen d’échapper à l’exploitation sexuelle et à la prostitution, des processus contrôlés par les cartels de la drogue et, selon plusieurs défenseurs des droits, par les hauts dignitaires de l’armée colombienne. « La participation de masse des femmes au mouvement partisan est une réponse et en même temps une alternative à la réalité ».

« Quand le commandante a rassemblé les enfants devant nous et a déclaré qu’ils devaient partir en respect des obligations de la Havane, ils ont pris cela avec amertume et rancœur. Il a dû expliquer pendant longtemps que personne ne les chassait de l’organisation, qu’ils resteront en contact et amis, que bientôt tous les partisans redeviendront des civils, mais que l’organisation révolutionnaire devait être honnête et se plier à ses obligations. » Au cours de ce voyage, le journaliste a été confronté à une autre réalité. Deux (2) jours après avoir quitté le camp des FARC, où il a fait la connaissance des partisanes, l’accord de paix définitif a été annoncé à la Havane entre les FARC et le gouvernement colombien. Peut-être que ces femmes se prêteront désormais au jeu des photos en se promenant paisiblement dans les rues des villes colombiennes.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.