octobre 17, 2017

L’ISLAM EN SUÈDE : La mode musulmane habille la POLICE

L’ISLAM EN SUÈDE : La mode musulmane habille la POLICE

Une couturière suédoise crée des voiles pour les femmes fonctionnaires et les policières en vue de faire intégrer les musulmanes dans la société et réduire leur dépendance à leurs époux. À travers des discussions enflammées au sujet de la possibilité pour les fonctionnaires de porter des vêtements religieux, une designer suédoise a créé des voiles islamiques pour l’armée et le service des sapeurs-pompiers, dans l’espoir d’encourager les femmes musulmanes à choisir ces professions.​ En 2011, la Suédo-Jordanienne Iman Aldebe a fait sensation en créant le premier voile pour l’uniforme de la police suédoise. La coiffe a été acceptée malgré une vive réaction critique, plusieurs soutenant que la police ne devait pas envoyer de messages religieux.

Puis, la femme de 32 ans est allée un peu plus loin en concevant des voiles pour les militaires et les sapeurs-pompiers, lesquels auraient été enthousiasmés par cette idée, selon le journal suédois Göteborgs-Posten. En 2011, plusieurs critiquaient son initiative, l’accusant de tenter d’islamiser la la Suède ou de forcer les femmes à porter des vêtements religieux, se souvient Aldebe. Toutefois, il s’agit plutôt pour elle d’aider les femmes musulmanes à s’introduire dans la société suédoise, à devenir autosuffisantes et à réduire leur dépendance vis-à-vis de leurs conjoints. ​En outre, Aldebe estime que le changement de mode peut également contribuer à véhiculer une image «plus positive» des femmes musulmanes dans la société. «Pour ces femmes, ce n’est qu’un vêtement. Vous l’avez mis pour des raisons religieuses, mais cela ne veut pas dire que vous vous promenez en prêchant. Vous voulez simplement être comme n’importe quelle autre femme», a expliqué la designer. ​Jusqu’à présent, cependant, la nouvelle mode ne semble pas avoir apporté de changements majeurs au sein de la police. Selon le Göteborgs-Posten, la police utilise toujours le voile conçu et introduit en 2011, mais dans une très petite mesure, car très peu de femmes ayant des besoins correspondants travaillent au sein de la police.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.