BBY THIES

L’UNIVERSITE D’ETE DE CE WEEK-END DIVISE LES JEUNES REPUBLICAINS DE THIES

L’UNIVERSITE D’ETE DE CE WEEK-END DIVISE LES JEUNES REPUBLICAINS DE THIES

DISSENSIONS AU SEIN DE LA CONVERGENCE DES JEUNES DE L’APR

L’université d’été du week-end prochain est en train d’exacerber les dissensions au sein de la Convergence des Jeunesses Républicaines (Cojer). En tout cas à Thiès la division est perceptible et si les jeunes du mouvement Boolo Taxawu Macky ont décidé de participer à la rencontre, d’autres projettent d’organiser à Thiès un forum pour exprimer leur désaccord.

Le samedi 25 octobre prochain sera un jour de vérité pour la Convergence des Jeunesses Républicaines (Cojer). Et pour cause, la structure nationale qui est censée regrouper tous les jeunes de l’Alliance Pour la République (Apr) organise à cette date à Mbodjène, dans le département de Mbour, son université d’été dans un contexte politique interne très difficile, marqué par de profondes dissensions. Et cette université d’été fait polémique jusqu’à Thiès, fief politique du député Abdou Mbow coordonnateur national de la Cojer.

En effet,  après plusieurs tractations, deux camps se sont signalés dont l’un a marqué son total désaccord et projette d’organiser le jour même un forum à Thiès. Tout le contraire du côté du mouvement Boolo Taxawu Macky qui a décidé d’aller participer à cette université d’été, selon son coordonnateur Assane Mbaye, par ailleurs tête de file des jeunes de Thiès-Ouest. Il affirme que dans la démarche apparaît clairement le cautionnement de Macky Sall de cette université d’été. Et ne seraitce que pour cela, tous les jeunes devraient y participer. Il s’empresse  cependant d’ajouter que cette volonté d’y participer n’entame en rien le combat du mouvement contre les mauvaises pratiques au sein de la Cojer et pour le départ d’Abdou Mbow qui doit impérativement céder sa place.

Globalement, dit-il, il faut aller audelà de la situation actuelle et réfléchir profondément sur une autre formule, en lieu et place d’une université. Dans ce registre, il propose pour l’année prochaine l’ouverture d’une école du parti dans chaque département. Ainsi, la cellule locale des cadres pourrait organiser des rencontres régulières avec les femmes, les jeunes, etc., pour développer des thèmes centraux dans le fonctionnement du parti. « C’est mieux que dépenser une soixantaine de millions alors que moins de 50% des jeunes suivent et participent régulièrement aux débats ».

Selon le jeune « apériste », s’il y a un autre chantier dans lequel Macky Sall doit s’investir rapidement, c’est bien celui de la réorganisation de l’Apr à Thiès. Il trouve qu’il n’y a pas de recette miracle pour y parvenir, il suffit juste de rassembler tous les responsables comme il l’avait fait à la veille des locales, pour leur proposer un coordonnateur dans chacune des trois communes de Thiès et faire en sorte que le Dr Augustin Tine limite son champ d’action au reste du département. Par ailleurs, il a rappelé la promesse de Macky Sall de sanctionner les responsables qui perdraient dans leur localité.

A Thiès, dit-il, seul Thierno Alassane Sall a été sanctionné alors que d’autres ont perdu dans leur bureau et leur centre de vote. C’est pourquoi il demande que la logique de sanction soit entièrement appliquée et dans le cas contraire, qu’il y ait une reconsidération de la sanction prononcée contre Thierno Alassane Sall. D’ailleurs, depuis que cette sanction a été infligée à Thierno Alassane Sall, soutient-il, le parti est en régression à Thiès. En outre, il propose que les jeunes soient davantage responsabilisés pour éviter qu’ils ne s’adossent à des responsables adultes. Qui plus est, il y a nécessité de renforcer les premiers responsables du parti à Thiès dont Ndèye Soukèye Guèye, Mamadou Mbaye, etc.

Le jeune apériste a également jeté une grosse pierre dans le jardin de Talla Sylla, tout nouveau Maire de Thiès. Selon lui, puisqu’il chante la transparence à tout bout de champ, il devrait faire l’état des lieux de la mairie de Thiès, notamment le foncier. « Il est également interpellé sur le fait que chaque conseiller municipal a reçu 50.000 Fcfa dans le cadre de l’aide distribuée pour la Tabaski par la mairie, en lieu et place des véritables personnes indigentes », accuse-t-il.

 

L’AS

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage