août 19, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Maison brûlée, rançon humaine demandée… Un Djinn sème la terreur à Djilor

Maison brûlée, rançon humaine demandée… Un Djinn sème la terreur à Djilor

[template id= »821″]

 Pour un conte de fée, c’en est loin d’être un. Tout a commencé l’année dernière quand le Djin a demandé à la dame Laity Ndong sa fille, en guise d’offrande. Et c’est le début d’un feuilleton sans fin.

En première vue, la maison semble être un havre de paix, dans ce coin reculé du village de Djilor. Situé à la sortie du village, en allant vers le village de NDiomdy, sa clôture en paille et ses deux cases, comme la majorité des concessions villageoises, laissent indifférent. Mais, derrière cette vue physique, se cachent des choses terribles. Depuis l’année dernière, où le couple, après la récolte, a décidé d’élargir la maison par une seconde case en dur, ce fut le début d’un calvaire qui n’en finit plus.

L’avertissement du voisinage

Dans un environnement où les Kumaks, gardiens de la tradition, évoquent ces esprits quotidiennement, pour les sérères, évoquer un Djin est la chose la plus normale. D’où leur installation sans soucis. Mais, c’était sans compter que, cette fois-ci, ils ont affaire à un méchant esprit. Une nuit, après une forte pluie, la dame Laity est subitement réveillée par une créature géante, couvrant, d’après elle, la moitié de la chambre. Son bébé bien serrée entre ses mains, elle ne paniqua point. C’est ainsi que le Djin lui demande calmement de lui donner, en offrande, son bébé de moins d’un an, sans quoi, il allait brûler toute la maison. En ces mots et sans attendre de réponses, il disparut, comme il était venu. Le lendemain, elle informa alors son mari qui travaille à Dakar. Ce dernier lui intime l’ordre de ne point paniquer et de s’en remettre au Kumak. A sa grande surprise, la semaine d’après, malgré pas mal d’offrandes, la maison s’enflamme en pleine nuit. Le village est réveillé par des cris stridents et les secours furent impuissants à maitriser le feu. Une nouvelle construction est vite entamée, avec l’aide de ses voisins. L’incident ne convainquit point le couple à déménager.

Un djinn pyromane

En cette matinée du mardi 02  décembre, tout s’annonçait pour le moins calme. Après ses travaux ménagers, la dame Laity, son enfant à califourchon derrière son dos, rejoint la cuisine pour s’affairer autour du repas. Vivant seule dans cette grande concession, il lui arrive rarement de sortir, si ce n’est pour aller voir sa maman, de l’autre côté du village. Ainsi, après le repas, rejoint-elle sa case pour une sieste. Une somme de courte durée et fort mouvementée. Le même Djin réapparaît et lui intime, d’après elle, par des mots très durs, l’offrande de son bébé, avec une menace de mort. Prise de panique, c’est pieds nus qu’elle s’est enfuie jusque chez sa mère, sous le regard ébahi des populations qui, en cette heure de l’après-midi, prennent le thé sous la fraîcheur des acacias. C’est l’émoi. L’information, comme une traînée de poudre, fait le tour du village. Les Kumaks, informés, organisent la riposte mystique. Il est formellement interdit, à toute personne, d’entrer dans la concession hantée. Une aubaine certainement, pour le Djin. Qui, dés le lendemain, après la prière du matin, enflamme toute la maison, n’épargnant rien sur son passage, si ce n’est la cuisine. Pour l’heure, la dame Laity s’est réfugiée chez sa mère et ne compte plus revenir dans cette maison hantée. Mais, ne compte jamais donner son bébé en offrande.

 

 

source rewmi

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…