août 21, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Meurtre à Keur Daago : Bilali Niang inhumé à Kaolack, sa belle famille en préventive…

Meurtre à Keur Daago : Bilali Niang   inhumé à Kaolack, sa belle famille en préventive…

Après le détournement suivi de viol d’un bébé au quartier Randoulène, le meurtre de la bonne Youmou Fall à Mbour 3, la série noires des délits et crimes, semble continuer irrémédiablement à Keur Daago, un quartier périphérique à l’est de Thiès, après le meurtre de Bilali dont la nouvelle continue de se répandre comme une trainée de poudre…Dans la maison mortuaire ne désemplit pas avec les voisins et parents qui défilent à longueur de journée qui, pour s’apitoyer du sort qui s’est abattu sur la famille, qui , pour venir aux nouvelles, après avoir déposé de la menue monnaie pour participer symboliquement aux funérailles. Au centre de toutes ces attentions, Sally Niang, la vingtaine, sœur cadette du défunt.

Elle expliquait que la nuit du meurtre , elle était dans une « khadra », une cérémonie religieuse et qu’après de retour revenue que sa belle famille, en l’occurrence Papa Sarr, la femme du défunt, Adja Sarr et leur petit frère lui ont annoncé la mort de Bilali qu’ils avaient évacué d’urgence à l’hôpital régional à la suite d’une chute. Qu’il serait, selon leurs dires, décédé des suites de ses blessures. Bilali était un jeune hal pulaar, à la fleur de l’âge.

Camionneur de son état, Bilali était de l’avis de ses proches un travailleur acharné se battant âprement dans la vie pour sortir de l’ornière et voilà que la mort le fauche dans son élan.
Retour sur les circonstances ambiguës de sa mort, avec la femme du disparu qui avait évoqué à Sally, une mort accidentelle, alors que la thèse de l’homicide devenait de plus en plus probante et les désignait au premier chef comme responsables et présumés meurtriers. Ils auraient battu à mort leur gendre Bilali à la suite d’une violente dispute entre le défunt et sa femme et que cette dernière avait invité ses jeunes frères au conflit : « Tout c’était passé très vite avant que le défunt ne sorte rapidement de la chambre, en sang, mortellement atteint » déclare tristement la petite sœur de la victime, citant des témoins oculaires. En tout cas, il y’a beaucoup de zones d’ombre sur les causes de ce conflit conjugal ayant abouti à l’irréparable. Néanmoins un de ses parents Abou Niang la quarantaine vendeur au marché Grand Thiès avait déclaré, l’autopsie effectuée à Dakar aurait déterminé des coups comme étant la cause du décès.

En tout cas, les présumés meurtriers, dont le principal Papa Sarr, sa grande sœur Adja et leur jeune frère sont depuis, dans les liens de la prévention …
Thiesinfo.com

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…