BBY THIES

MONDIAUX D’ATHLETISME : Le Kenya RIT, la Côte d’Ivoire GRIMACE

MONDIAUX D’ATHLETISME : Le Kenya RIT, la Côte d’Ivoire GRIMACE

Le Kényan Ezekiel Kemboi. latroisème journée des Championnats du monde d’athlétisme 2015 a été marquée, ce 24 août à Pékin, par les titres du Kényan Ezekiel Kemboi sur 3.000 mètres steeple et de sa compatriote Vivian Cheruiyot sur 10.000 mètres, ainsi que par la déception des Ivoiriennes Marie-Josée Ta Lou et surtout Murielle Ahouré en demi-finales du 100 mètres.

Triste lundi à Pékin pour le sprint ouest-africain. Les Ivoiriennes Marie-Josée Ta Lou et Murielle Ahouré ne sont pas parvenues à franchir les demi-finales du 100 mètres dames, aux Championnats du monde d’athlétisme, ce 24 août 2015. Blessing Okagbare, elle, finit dernière de la finale avec un chronomètre de 11 secondes et 02 centièmes, loin de son record personnel (10 secondes 79) de la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce vainqueur en 10 secondes 76. La Nigériane avait pourtant couru en 10.89 la demi-finale 1, devançant une Ta Lou troisième.

L’Ivoirienne, en bronze sur 100m lors des Championnats d’Afrique 2014, n’avait rien à se reprocher puisqu’elle a battu son record personnel en sprintant en 11 secondes 04. Ce qui ne l’empêchait pourtant pas d’être dépitée, au micro d’Olivier Pron. « Ce n’est pas le bon scénario, a-t-elle soupiré, pensant pouvoir se qualifier en finale grâce à son chrono. Là, je suis vraiment découragée. En plus de ça, j’ai eu mon personnal best (record personnel Ndlr), donc je vais me consoler avec ça. Mais je suis dégoûtée, vraiment ».

Mais la plus déçue était sans doute Murielle Ahouré. Médaillée  d’argent en 2013 sur 100 et 200m, celle-ci a manqué la qualification d’un centième, en finissant quatrième de la demi-finale 3 du 100m, en 10.98. « Cette saison était très dure pour moi, a-t-elle expliqué à Olivier Pron. Je me suis fait mal au genou. J’ai tout fait pour me racheter. […] A cause de mon genou, je ne peux pas disputer le 200 mètres ». La Championne d’Afrique et vice-championne du monde de la distance disposait d’une réelle chance de médaille à Pékin sur le demi-tour de piste.

Ezekiel Kemboi puissance quatre

L’ambiance était évidemment toute autre au sein de la délégation kényane. Vivian Cheruiyot sur 10.000 mètres et Ezekiel Kemboi sur 3.000 mètres steeplechase ont décroché les premiers titres de leur pays durant ces Mondiaux 2015.

A 31 ans, Cheruiyot a ainsi repris l’or sur le « 10 kilomètres », en 31 minutes, 41 secondes et 31 centièmes. Elle a devancé l’Éthiopienne Gelete Burka (31 minutes, 41 secondes et 77 centièmes) et l’Américaine Emily Infeld (31:43.49). Le Kényane, désormais quadruple championne du monde (sur 5.000 et 10.000m confondus), avait notamment fait une pause maternité, manquant notamment les Mondiaux 2013. « C’est mon véritable retour, s’est-elle réjouie. Ce succès est d’autant plus précieux que je suis devenue mère il y a deux ans. Je dédie la victoire à mon fils Allan ». Sa grande rivale, l’Ethiopienne Tirunesh Dibaba est, elle, absente à Pékin pour les mêmes raisons.

Chez les hommes, Ezekiel Kemboi a signé une quatrième victoire de rang aux Mondiaux. A 33 ans, le roi de la discipline ne va peut-être plus aussi vite qu’avant. Mais sa science de la course lui a permis de devancer ses compatriotes en 8 minutes, 11 secondes et 28 centièmes. Conseslus Kipruto, déjà en argent en 2013 à Moscou, finit deuxième (8:12.38), et Brimin Kiprop Kipruto (8:12.54) est troisième. Les Marocains Brahim Taleb et Hamid Ezzine, eux, ont respectivement fini 7e et 11e, devant les Algériens Bilal Tabti (13e) et Hicahm Bouchicha (14e).

Des pompes pour Makwala qui ne manque pas d’air

La belle journée du Kenya a aussi été marquée par la qualification de Julius Yego en finale du lancer du javelot. Ce dernier, auteur d’un jet à 84 mètres 46, fait parti des favoris du concours. L’Egyptien Ihab Abdelrahman El Sayed (82 mètres 85) est également qualifié.

En saut en longueur, les Sud-Africains Zarck Visser, Godfrey Khotso Mokoena et Rushwal Samaai sont passés à la trappe en qualifications.

A noter enfin la grosse performance d’Isaac Makwala, meilleur temps des demi-finales sur 400 mètres avec 44 secondes et 11 centièmes. Le Botswanais a fêté sa performance en effectuant des pompes sur la piste, à l’arrivée. Une démonstration de force et de provocation, avant la finale du 26 août.

Source : RFI

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…