POLEMIQUE AUTOUR DES 600 MILLIONS OCTROYÉS AUX FEMMES DE THIÈS : Le Conseil consultatif dénonce la politique du «Parti avant la patrie»

POLEMIQUE AUTOUR DES 600 MILLIONS OCTROYÉS AUX FEMMES DE THIÈS : Le  Conseil consultatif dénonce la politique du  «Parti avant la patrie»

[template id= »821″]

 

Le financement de 600 millions octroyés aux femmes de la région de Thiès par l’Etat à travers la micro finance fait couler beaucoup d’encre et de salive. En effet, les comités consultatifs des femmes de Thiès et  Tivaouane ont dénoncé hier le fait que leurs membres aient été laissés en rade. Suffisant pour que les femmes dénoncent une politisation du financement et la discrimination en faveur du parti au pouvoir. Elles ont concocté un plan d’action pour se faire entendre.

Les membres du comité consultatif des femmes du département de Thiès se sont retrouvés hier à la salle des délibérations de l’hôtel de ville pour dénoncer ce qu’ils appellent «la politisation du financement de 600 millions de Fcfa octroyés par l’Etat par le biais de la micro finance». C’était en présence de Kiné Sy, coordonnatrice départemental du conseil consultatif de Tivaouane et adjointe dans le bureau régional. Pourtant, raconte Maïmouna Dieng première adjointe au maire de Thiès, les communes de Thiès-Est, Thiès- Ouest et Thiès-Nord ont déposé les listes à temps et dans les règles. Au total 306 fiches (soit 7 650 bénéficiaires) ont été déposées auprès de la commission qui avait été dépêchée à Thiès par le ministère.

Depuis, nous n’avons plus aucune information et un beau jour on s’est rendu compte que des financements étaient en train d’être distribués. Et récemment, nous avons entendu Seynabou Ndiaye remercier Macky Sall en affirmant que les femmes de Thiès ont reçu les financements. Très en colère, Maïmouna Dieng soutient que les crédits sont orientés vers une cible bien déterminée, ce qui ne cadre pas avec une gouvernance sobre, vertueuse et transparente.

«C’est l’argent du contribuable, ça appartient à tout le monde ; mais malheureusement, ce sont les femmes proches de l’Apr qui  ont reçu leur part», fulmine-t-elle. Mais à en croire Mossane Ndour de l’Alliance Pour la République (Apr), les femmes proches de Thierno Alassane Sall ont été également laissées en rade. «Si un souci de transparence avait effleuré l’esprit de ceux qui procédaient à la distribution, ils passeraient par le service du développement communautaire qui, à son tour, travaillerait avec le comité consultatif qui n’a aucune coloration politique et qui est le répondant de toutes les femmes», martèle cette proche de l’ancien ministre des Transports. Kiné Sy affirme de son côté que le comité consultatif a été écarté alors qu’il avait déposé 206 fiches de demande de financement. Ce qui pousse Maïmouna Dieng à dénoncer cette «pratique discriminatoire inconcevable et inacceptable, qui rappelle à bien des égards le favoritisme en faveur du parti au détriment de la patrie. C’est une honte, mais nous ne laisserons pas faire».

De l’avis de Maïmouna Dieng, toutes les femmes du pays injustement écartées doivent engager la bataille pour éradiquer cette injustice. «Si Macky Sall compte sur cette stratégie pour être réélu en 2017, qu’il déchante immédiatement», avertit-elle, avant de décliner le plan d’action pour condamner la démarche. Elle annonce une campagne de sensibilisation dans toute la région et au niveau national et promet de mettre sur pied un groupe de pression pour sauvegarder les acquis de manière générale.

 

Source : L’As

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…