août 18, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Contribution: POST RÉFÉRENDUM : Enseignements et défis par Abdou Aziz Diop du Forum civil

Contribution: POST RÉFÉRENDUM  : Enseignements et défis par Abdou Aziz Diop du Forum civil

Le dimanche 20Mars 2016 , le Sénégal a organisé son 4éme referendum depuis son accession à l’indépendance et nous saluons globalement la bonne organisation tout en dénonçant les quelques cas de violence et de corruption électorale.
A l’issue du scrutin, 3camps se sont dessinés :

– Le camp du OUI : 62%

– Le camp du NON : 38%

– Le camp du ni OUI, ni NON qui est sorti majoritaire voire vainqueur avec un taux d’abstention de 60% sur les 5.504.592 électeurs inscrits sur les listes électorales parmi les 14.000.000 de sénégalais.

A mon humble avis, plus qu’une abstention ou un boycott, c’est une désaffection, une rupture de confiance entre les citoyens sénégalais et la classe politique (majorité et opposition confondues) sans oublier une partie de la société civile qui s’est alignée du coté de l’un ou de l’autre camp en violant le principe de l’équidistance.

Ce fort taux d’abstention est inquiétant mais pas surprenant vu la précipitation dans laquelle le referendum a été organisé, l’absence de concertations préalables entre les différentes parties prenantes qui a mené à une absence de consensus minimal sur les réformes proposées et un déficit d’appropriation par les populations.
La première conséquence que la classe politique (pouvoir et opposition) et la société civile (y compris les religieux) devraient en tirer, c’est d’avoir autour d’elles des pôles stratégiques pour analyser le ressenti et la désaffection du peuple et décrypter le message du peuple souverain envoyé à ces différents acteurs et ainsi éviter de verser dans le triomphalisme ou le défaitisme car le referendum a toujours été un élément fédérateur et un plébiscite (1963, 1970, 2001)
Après cette phase d’introspection (individuelle et collective), priorité aux différents défis qui sont entre autres :

– La restauration de la confiance entre la majorité du peuple et les gouvernants qui doivent être plutôt à l’écoute constante du peuple et pas seulement des alliés et courtisans.
– La stabilité du front social et la mise œuvre progressive des différents accords et engagements signés avec les différents syndicats
– Le renforcement de l’unité nationale et du dialogue inter et intra religieux, inter ethnique etc. pour faire face aux menaces terroristes.
– La primauté de la patrie sur le parti, les partis, les alliés et courtisans
– La prise en charge correcte de la demande sociale et surtout du sous emploi des jeunes
– La poursuite de la traque des biens mal acquis
Ensuite le président de la république démocratiquement élu jusqu’en 2019 devrait prendre l’initiative de convoquer dans les meilleurs délais toutes les forces vives de la nation autour d’un dialogue (et pas des négociations) sincère, constructif sur lés questions d’intérêt général pour la stabilité et le développement du pays et non sur les questions d’entrisme ou d’intérêt individuel
A l’issue du dialogue, le processus des reformes devrait continuer et porter notamment sur des questions comme :
– La séparation réelle et l’équilibre des pouvoirs
– Dissocier la fonction de Chef d’Etat /Chef de parti
– La reforme de l’administrative publique
– La reforme du parlement et la possibilité d’avoir des parlements locaux dans les futurs pôles territoriaux avec des indemnités de sessions.
– Accélérer le processus des reformes (codes minier, pétrolier, de l’environnement, réforme foncière) et les harmoniser pour plus de cohérence.
– Evaluer objectivement la phase I de l’acte III de la décentralisation et pendre en compte l’avis technique éclairé et les préoccupations des populations avant la mise en œuvre de la phase II et définir clairement les missions, les modes de financement et les statuts (échelles des gouvernances locale ou administrative) des futurs pôles territoriaux
– Eviter que le haut conseil des collectivités locales soit un Senat bis ou une institution pour recaser ou récompenser une clientèle politique ou des alliés
– Réfléchir sur le statut des cités religieuses.
– Adopter les lois sur l’accès à l’information et les conflits d’intérêt
– Adopter la charte du civisme et le système national d’intégrité
– Prévoir le principe et les modalités de la révocation du mandat en cas de contre valeurs telles que :le détournement d’objectifs, de deniers publics , l’enrichissement illicite , la transhumance , les reniements etc. …et que cette révocation puisse s’appliquer surtout à ceux qui ont des mandats électifs
Enfin , Monsieur le Président de la République, il est l’heure de siffler la fin de la recréation , de remettre le pays au travail et d’inviter les sénégalais à dissocier le temps des élections (2012-2014-2016-2017-2019) , le temps du mandat ( 7ans -5ans) et le temps du développement qui transcende les élections et les mandats .
Comme le disait l’ancien Président Ivoirien Laurent Gbagbo, il n’y a pas de canapé présidentiel mais seulement un fauteuil Présidentiel et vous êtes le seul à l’occuper légalement au moins jusqu’en 2019.

Abdoul Aziz Diop
Coordonateur Forum civil
section de Thiès

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…